Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 09:00
SERIAL KILLERS_LE VICAP
 
vicap.jpg
Le ViCAP est le Violent Criminal Apprehension Program (le programme d'appréhension des criminels violents) est un outil informatique, destiné à collecter et à analyser des données sur certains types de crimes violents. Il est utilisé essentiellement pour les enquêtes liées aux tueurs en série.
 
Ce programme a été créé à l'initiative du NCAVC afin de synthétiser l’nesemble des informations qui peuvent être saisies par les quelques 16 000 forces de polices indépendantes les unes des autres..
 
Il est basé à Quantico, en Virginie.
 
Historique du ViCAP
 
25 Mai 1985 : Première version « ViCAP Crime Report ».
Les représentants des forces de l’ordre peuvent désormais saisir toutes les informations recensées lors de la découverte d’un crime, sur un outil performant et commun à l’ensemble des entités de police.
 
La saisie est relativement lourde et nécessite patience et rigueur. En effet, 61 pages de questions sont à remplir par l’officier de police. L’exhaustivité des informations recensées étant la clef du succès de ce système d’information.
 
Juillet 1986 : seconde version allégée.
On passe de 61 pages à 15 pages.
La saisie d’informations reste toujours lourde et ce processus n’est pas imposé. Les policiers ont le libre choix de remplir ou non les informations ; ce qui est extrêmement dommageable lorsque l’on sait les résultats précis qui peuvent en résulter.
 
Raison d’être
Le ViCAP a pour but d'analyser et non d'enquêter. Les restitutions d’informations doivent donc dégager les tendances générales plutôt que d’effectuer une reconstitution minutieuse.
 
Le FBI œuvre pour que la saisie dans VICAP soit obligatoire dès lors qu’est constaté :
1) homicides élucidés ou non résolus, tentatives de meurtre sans motif apparent ou à motivation sexuelle, connus ou suspectés d'appartenir à une série
2) les personnes disparues, lorsque les circonstances indiquent une forte possibilité d'une action criminelle
3) cadavres non identifiés de victimes d'homicides.
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires