Recommander

LA-JEGADO.jpg
Nom Hélène JEGADO
Surnom : L’EMPOISONNEUSE BRETONNE »
Née le : 17.06.1803 à Kerordevin à Plouhinec, près de Lorient (Bretagne).
Morte le : 26 Février 1852 (Guillotinée)
Tueuse en série Française
 
PREAMBULE
 
Légendaire empoisonneuse bretonne. Devenue depuis lors un mythe. Des chants bretons relatent d’ailleurs sont histoire.
 
Les méfais d’Hélène JEGADO surpassent ceux attribués à Marie BESNARD pourtant surnommée « la reine des empoisonneuses »
 
 
Les liens vidéo
Non trouvé
 
La vie familiale de Hélène JEGADO
 
Parents
Hélène JEGADO est orpheline. Elle a été recueillie par un curé
Vie professionnelle
Placée très jeune comme domestique.
Vie amoureuse
Elle perd l’homme qu’elle aime très jeune dans un accident de voiture
 
La femme
 
Elle est décrite comme caractérielle, ivrognesse, malpropre et chapardeuse. Cependant sa bigoterie, son dévouement auprès des mourants et l'ignorance des médecins locaux face aux symptômes de l'empoisonnement par l'arsenic suffisent, semble-t-il, à lui assurer l'impunité.
 
 
Les victimes
 
1833
Elle est engagée par le vicaire de Guern . 7 personnes trouveront la mort pendant son service. Elle est accusée de mauvais sort.
1834-1841
Elle travaille dans 6 villes différentes (Bubry, Auray, Locminé, Pontivy, Hennebont, Lorient). 40 personnes trouveront la mort pendant ce parcours.
1841
Elle est à Rennes. Engagée à l’hôtel du Bout du Monde, Place St Michel.
Là encore , une femme de chambre est retrouvée empoisonnée.
De 1841 à 1849
A partir de 1841, elle se calme pour quelques années et se contente de vols
1850
Elle arrive à Rennes et entre au service de M. Théophile Bidard de La Noe, avocat et professeur de droit. (futur député maire de Rennes) .Rose Tessier, sa femme de chambre meurt peu de temps après l’arrivée de la nouvelle servante. Françoise Huriaux qui la remplace, reste très peu de temps à son service car elle tombe soudainement malade. Rosalie Sarrazin qui succède, décède peu après son arrivée.
 
Helena Jegado est indifférente à l'âge de ses victimes. Ainsi seront entre autres empoisonnés en 1841 : Emile Jouanno, 14 ans, Marie Breger, 2 ans et demi, puis beaucoup plus tard à Rennes, Albert Rabot, 9 ans, et Joseph Ozanne, 5 ans
 
Méthode
 
Sa méthode était simple : cuisinière dans les presbytères et les maisons bourgeoises, elle ajoutait de la « poudre blanche » dans la soupe. Autrement dit, l'arsenic sous la forme de "mort-aux-rats". Cet empoisonnement entraînait des vomissements et une mort rapide par étouffement.
 
Comment a-t-elle pu opérer durant toutes ces années sans que personne ne fasse le lien entre tous ces morts ? Pierre Mathiote pense en connaître les raisons : « C’était sans doute quelqu’un d’assez intelligent, elle a attendu pour commettre ses premiers crimes l’année même où le choléra a fait des ravages, ce qui a ainsi pu empêcher les médecins de conclure tout de suite à un empoisonnement à l’arsenic, car les symptômes sont les mêmes. De plus, La Jégado a été protégée par le fait que les notables de l’époque ne s’intéressaient pas au sort des petites gens »
 
En effet, lorsque La Jégado" arrive au presbytère de Guern, quatre personnes y habitent ; quatre mois plus tard, elle est la seule rescapée et fait figure d'héroïne! Les autorités soupçonnent une épidémie de choléra!
 
L’enquête
 
Les trois dernières victimes (en 1850) d’Hélène JEGADO sont trop suspectes pour M. Bidaddelarbe, avocat et professeur de droit (patron desdites victimes).
Une autopsie sera pratiquée. De l’arsenic en forte teneur sera retrouvé.
 
Le procès s'ouvre devant la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine le 6 décembre 1851 et termine par la condamnation à mort le 14 décembre. Le discours final de Me Magloire Dorange, jeune avocat de 24 ans chargé de la défense, est un plaidoyer passionnant contre la peine de mort. (Sa plaidoirie peut être lue à la fin du livre de Peter Meazey (référence infra).
 
Mais, les circonstances politiques après le coup d'état de Napoléon III, le 2 décembre, ont fait que le cas a reçu peu d'attention dans les journaux au niveau national.
 
Par ailleurs, il est à noter que le député Jean-Baptiste Baudin, médecin spécialisé dans les maladies de l'estomac, était cité à comparaître pour la défense mais a trouvé la mort sur les barricades du faubourg St-Antoine le 3 décembre.
 
La condamnation
 
Son procès s’ouvre fin 1851, Son acte d'accusation comporte 3 meurtres et trois tentatives, ainsi que 11 comptes de vol domestique.
 
Elle est suspectée de plus de 36 meurtres supplémentaires mais faute de preuves ; elle ne sera pas jugée pour ces derniers.
 
On la suspecte notamment d’avoir tué Marie Bréger au Château de Soye (Ploemeur) en mai 1841.
 
Elle n’avoue rien, son avocat plaide la folie. Elle est déclarée coupable et condamnée à mort, sa grâce est rejetée.
 
Elle est exécutée sur le champ de mars de Rennes le 26 Février 1852.
Alors qu’Hélène Jégado monte à la guillotine, elle avoue que ses crimes sont plus nombreux que ceux découvert et qu’elle avait été initié par une femme de Guern, au secret de l’arsenic.
 
 
Archives du Procès

 Se trouvent aux archives d’Ille-et-Vilaine. Toutes les minutes du procès sont consignées à la plume, soit plusieurs centaines de pièces à explorer. Un fait rare pour l’époque.
Lecture et chants
 
Les écrits
 
1/ « La Jégado » est le sujet d'une feuille volante en français (Complainte d'Épinal), d'un fascicule illustré de 32 pages dans la série Causes célèbres de tous les peuples d'A. Fouquier (vers 1865).
 
Causes célèbres de tous les peuples est une série de fascicules d’Armand Fouquier qui est une source inestimable pour tous les grands crimes de son époque et bien avant. On y trouve Marie Lafarge, Charles de Choiseul-Praslin, les chauffeurs d’Orgères, Hélène Jégado, mais aussi les quatre sergents de La Rochelle et les assassins d'Henri IV, raconté dans un style vivant avec une abondance de détails. Les textes sont illustrés de nombreuses gravures.
Huit volumes, imprimés à Paris entre 1858 et 1867, sont disponibles sur Gallica . La série complète compte quatre-vingt-cinq livraisons regroupées en neuf tomes.
 
2/ La Jegado, Histoire de la célèbre empoisonneuse, Peter Meazey (Editions de la Plomée, Guingamp, 1999 et format poche Astoure 2006).
 
3/ Hélène Jegado, l'empoisonneuse bretonne, Pierre Bouchardon (Albin Miche4 Paris, 1937).
 
Le visuel
 
Un épisode de la série En votre âme et conscience est consacré au cas d'Hélène Jégado en janvier 1967.
 
Le chant
 
 « La Jégado » est aussi le sujet d'une complainte en langue bretonne de Jafferedo imprimé à Hennebont (1900).) Cette chanson sur feuille volante, signée de P.-M. Jafferedo et imprimée chez Normand à Hennebont, est datée d'août 1900. Elle raconte, en 57 quatrains et en un breton populaire, la vie de l'empoisonneuse Helena Jegado.
 
La chanson suit, à quelques inversions près, la chronologie des faits. P.-M. Jaffredo ne fait pas partie des compositeurs majeurs de feuilles volantes en Pays vannerais. L'écart de cinquante ans avec les événements pourrait indiquer que l'auteur n'a fait que mettre en rimes un récit populaire déjà ancien ou fait imprimer ou réimprimer une chanson restée très populaire.
Guerzen buhe H. Jegadeu
Portrait chanté d'une serial " killerez
"
Cheleuet-hui Coh a Youang
En histoer man d'oh e laran
Seauet diar Hélène Jégadeu
E buhé a zou lan a Grimeu
E Plouhinec escopty Guéned
Elarèr è ma bet Gannet
Dessauet è bet è Canton Porh-loèis
Cheleuet Breman peh è dès Groeit
E Guern, Pondy, ag èn Alré
Pluneret, Bubry, a Locgonneh
E Planvour, en Oriant, Guèned
E Roènne è ma bet areested
E Sèglien guet er person Conan
E ma bet matieh de gentan
Deu pè tri mis inou è ma bet
Mès a nehi nou Bligen Quet
E guern è ty en eutru Drogeu
E dès Comancet è oevreu
Durand tri blai è ma bet
èl ur Santès èr Vorh Caret
èn durand er puar Blai arlerh
nezè e zou bet passet treu Goueh
eih a dud e zou bet
drè z'hi èr Vorhampouisonnet
d'oh è hoer è Quemer Jalousie
hi en dès reit un drame dehi
goudè è soufranceu calet
è inean coer è dès rantet
arlehnezè moès en Drogeu
e zou bet pèl èClinhuèdeu
hi e zou marhue ar hè Gulè
èn Enquin Vras ag èn driste
en dè ma hoè madame Drogeu
ar è marhuè scan ar en treteu
Hèlene e yè hoah d'en ilis
De receu douè a d'en ofice
Goud è juste d'en eilved dè
E Croguas en tan èr Gulè
Quenaveit d'en dud devoè secouret
Er presbotoèr e hoè losquet
Nezè è hoè Kervinieu
E arangein er Gulieu
Ean en dès Cavet Cuhet Goudè
Ur podad lezeu er Gulè
Guet Hèlene ean e houlennas
Petra Senefi er lezeu Glas
Henneh e zou ur podad lezeu
E hoè è soignein moès en Drogeu
Taulet ean ar en deilleg
AGolleit ean Guet un dra benac
Kervinieu èr Hourt è sortias
Ar en deilleg ean en taulas
Er hah goudè en dès lipet
Quènteh ar lerh en dès crevet
Hi e laras de Kervinieu
Pas laret d'en eutru Drogeu
Ur Bonfam hanhuet er Maulguen
E hoè è Chom ar Hènt Quelven
E zè liès de dy er person
Aveit cavouèt en alèzon
Hi e glasque ehuè lezeu
De remedein peb sort Drougeu
Hèlene un dè e laras dehi
Me yei d'ou Cuellet dou ty
Nezè azè er Verh Hèlene
Devoè lairèt arsenic, a butun-Guen
Er Maulguen, e zou bet Cavet
En e Gulè goudè marhuet
Quènteh è Chomas Clan Deu
Kervinieu ag en Drogeu
Puar mis goudè è oè cavet
Kervinieu d'oh ur huen Crouget
Ur lingeris e zou marhuet
En dizanspoèr ampouisonnet
En eutru Drogeu en dès bet
Durand seih mis drougeu calet
Hie rè d'en dud de yvet
Ur lezenn keguit hanhuet
Hi er passè, èn hou torchon Guen
De zivir èn hur soupierenn
Marhuet è en eutru Drogeu
Ar hè hulè è soufranceu
Ean è ezou en eihved
E Parès Guern ampouisonnet
En eutru Galzain a Bondy
E ras dehon en autopsie
E Gorve a pen dè bet diguoret
Tachadeu Guerh Glas en dès Cavet
Goudè ma hoè en or Chairet
Borh Guernnezè è dès quitet
Agè ma hoeit e fantazi
D'er presbitoer de Vorh Bubry
En durand deu Vlai è ma bet
Cuisineris è ty auffrete
Tri e zou marhue ampouisonnet
Er person auffrete zou er huarved
Goudè hi e sauvas er person
A force gober dehon bouillon
Bamdè ètal Croès en Mission
Ag èn ilis èn devotion
Deu mèdicinour a bondy
E laras dehon dihoal d'oh thi
Mès er person ne gredè quet
E devehai bet hou zrompet.
Goudè meè dehoè quiteit Bubry
Ean e gavas Cuhet èn e dy
Un podad onguent Melin Glas
Ag e oè un ampouison bras
En Oriant è ma hoah bet
Guet rè Dupuy-de Lôme hanhuet
Henneh e oè un oficour
N'hur batiment Vras ar er mour
 E Planvour è ma hoah bet
Azè ê dès bet hoah manquet
Ur Belg hanhuet Julè
E oè è Planvour nezè Curè 
Hineah en dès bet manquet
A Vout drè z'hi ampouisonnet
Ean en dès liès soufret Goudè
Bed c fin a hè Vuhè
E locgoneh è ma hoah bet
E puar zy hè dès cherviget
De guetan èn un davarn cafè
Zou è Placen en marhalè
Er vestrès inou è dès soignet
Puar dè goudè è dès Marhuet
Dè marhue Madame Lorey
Hè zy quênteh é dès quiteit
Nezè è ma oeit ar hènt neigne
Hanhuet èr Vro fameille toursaint
En mestre ag en ty ag er factrice
Zou Chomet Clan èn ur stad triste
Merhiet Toursaint eg Eveneu
E zou marhue guet Droug Boelleu
E fameille rè er Bochèr
Zou marhue hoah èn disanspoer
Goudè d'en dud hi è larè
Partout er Marhuè è hèlhiè
Locgonneh nezè è dés quitet
Er houvand èn alrè è ma bet
Azè è Commancas de lairet
Trouhein dilhat pensionèred
Ag en treu sè p'ou dès gouyet
Er mez aben è ma laquet
Ne houyè quin penaus gobèr
Hi Comance troein è kèr
En un ty è rue er hastel
Guet rè hanhuet hètel
Re Hètel èr moez è laquas
E leh eral hi nehuin blacas
Hi e gavas leh èn ou ty
Anna corvec zou è hanhue hi
Soubèn dehi è dès cherviget
Hi en dès bet ur marhue calet
Nezè en alre è dès quitet
Ag è ma hoeit de Bluneret
E Pluneret è ty er fur
E ma hoah bet a dra sur
Unan è dès ampouisonnet
Quênteh arlerh e dès hum sauvet
Er guèr a Huèned è ma bet
Guet rè er joubioux hanhuet
Azè hi e lairè hileih a dreu
 
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés