Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 17:03

Nom ROSEMARY ET FREDERICK WEST
Surnom : aucun à ma connaisance
Né(s) le : Lui (vers 1942) Elle (vers 1954)
Mort le : Lui (01.1995-suicide) Elle (encore en vie)
Tueurs en série Britanniques



 
PREAMBULE
 
25.02.1994 : Le couple est arrêté. Il a alors 52 ans, elle en a 40.
Mars 1994 La découverte de six cadavres dans la maison d’un entrepreneur sans histoires et la conviction des policiers qu’ils ne sont pas encore au bout de leurs macabres trouvailles ont fortement troublé la sérénité de Gloucester, ville de 100.000 habitants de l’ouest de l’Angleterre.
 
La vie familiale de ROSEMARY
 
On sait très peu de chose sur la vie de Frederick, celui ci s’éant suicidé avant son procès en janvier 1995.
 
Enfance
Enfant violée par son père et recherchant l’amour de sa mère qui ne lui donnera jamais.
15 ans
Elle rencontre son futur mari FRED
17 ans
Elle a son premier bébé. Elle aura en tout 8 enfants. Les photos d'elle à cette époque la montrent maigrichonne, pâle, le regard inexpressif.
Sa sœur
Elle a 1 sœur qui apparaîtra lors de son procès en février 1995 fluette et impeccable. Elle s'est raidie de tout son être en entrant dans la salle d’audience «vous pouviez sentir sa volonté de se maintenir loin à l'écart de la prisonnière dans le box ».
Sa période meurtrière
L'orgie de meurtre qui s'est déroulée de novembre 1973 à avril 1975 (Carol Cooper, Lucy Partington, Therese Siegenthaler, Shirley Hubbard, Juanita Mott) a coïncidé avec sa période d'infertilité, avant la venue au monde de sa fille Tara.
Ses enfants
Elle aura huit enfants. L'un est mort, cinq autres ont été placés dans des familles d'accueil. La chambre des enfants se trouvait dans la cave
 
 
 
Les victimes
 
Caroline OWENS
 
Rosemary West l’a atrocement violé. Caroline O. a gardé son charmant visage détourné de la femme qui l'a torturée lors de sa comparution au procès.
 
Caroline Owens a raconté que, lorsque Frédérick W. l'a violée après une nuit de dépravation, il a joui en quelques secondes, puis a fondu en larmes
 
Caroline Owens se souvient des commentaires de Fred sur ses " lèvres joufflues " et disant que s'il pouvait lui " gonfler le vagin ", pour donner une plus grande protubérance au clitoris afin qu’elle ressente plus de plaisir.
 
Caroline Owens ainsi que Mademoiselle A se souvient des ongles longs de Rosemary West à l'intérieur d'elle.
 
Rosemary West faisait du thé pour Caroline Owens, entre deux séances de torture humiliante
Mademoiselle A
Mademoiselle A., dont le témoignage de torture sexuelle a tant horrifié la Cour, n’a pas regardé son bourreau pendant l’audience.
 
Mademoiselle A. ainsi que Caroline Owens se souvient des ongles longs de Rosemary West à l'intérieur d'elle.
Rena Costello
Pas d’info
Juanita Mott
Pas d’info
Shirley Robinson
Shirley Robinson - enceinte de huit mois de Fred West - a été retrouvée avec son fœtus à terme anatomiquement réimplanté dans son utérus,
retrouvée aussi dans le jardin des époux West. Le corps était en état de décomposition fort avancé. avait logé un temps chez les West et avait disparu à l’âge de dix-huit ans alors qu’elle était enceinte
Carol Cooper
 
 
 

a fait un signe de la main depuis l'arrière d'un bus avant de disparaître pour un silence de 21 ans.
 
 
 
 
Heather West
Fille des West. Elle mourra à 16 ans parce qu’elle aurait eu un sourire impertinent. Le corps fut retrouvé sous 1,5 mètre de terre, dans le jardin de la maison des West, au 25, Cromwell Street
 
 
Shirley Hubbard
Shirley Hubbard a eu un tuyau respiratoire enfoncé à travers son masque, vraisemblablement pour la maintenir en vie plus longtemps
Alison Chambers
Pas d’info
Lynda Gough 
 

Pas d’info
 
 
 
 
 
 
 
 
Therese Siegenthaler
Pas d’info
Charmaine West 
 
 
 
 

Fille des West. Elle est morte parce qu’elle était entêtée. (Anna-Marie (sa sœur) se souvient d'elle comme d'une petite fille qui tenait tête et qui n'avait jamais supplié, ni pleuré).
Ann Mc Fall
Pas d’info
Anna-Marie Davis
 
 

Première fille de Fred West et la belle-fille de Rose West, a porté à maintes reprises lors de son témoignage à la cour, son regard sur sa belle-mère ( un regard docile, éperdu, triste, d'où toute colère était absente et qui a fait chavirer tous ceux d'entre nous qui l'ont surpris). Elle était une " fifille à son papa ", bien que son père l'ait violée, l'ait mise enceinte et qu'il l'ait frappée au visage à coups de bottes coquées de métal.
 
Elle s'est elle-même définie comme étant, à l'époque, une enfant pleurnicharde et obéissante. Elle était assoiffée d'amour.
Rosemary West s'est servi du vibromasseur sur sa belle-fille de huit ans, ligotée et bâillonnée, avant que Frederick West n’ait des rapports sexuels avec elle. Le couple chuchotait des mots tendres et d'encouragements à la petite fille tandis qu'ils la déchiraient. Ils lui ont appris à se montrer reconnaissante (ils " l'aidaient "). Après avoir abusé de son petit corps, ils la caressaient, lui faisaient prendre un bain salé, " se montraient si gentils, si gentils ". Pendant sept ans, Anne-Marie Davis a été violée, par ses deux parents et des " clients " : " les amis qui venaient au 25 Cromwell Street "
 
Anna-Marie se rappelle que, lors de sa première visite à la cave, le godemiché était posé dans un bol en Pyrex. Fred et Rosemary West ont pratiqué des pseudo examens médicaux sur leurs victimes.
Lucy Partington

La Juteuse Lucy ", comme Fréderick W ; l'appelait de façon lubrique. Elle était une femme issue de la bourgeoisie (c'était la cousine de Martin Amis, qui lui a dédié son dernier roman, The Information), une étudiante appliquée, une catholique chaste, une personne tranquille et travailleuse qui faisait des projets d’avenir avant de ne plus en avoir.
 
Elle avait des amies proches et faisait partie d'une famille aimante. Quand elle a disparu, une battue massive a été organisée. Sa mère a fourni à la police un emploi du temps, détaillé heure par heure, de la dernière semaine qu'elle a passé en vie (elle a lu Les Hauts de Hurlevent et Piers Plowman au coin du feu, a préparé un ragoût pour la famille qui a brûlé, est allé à la messe de minuit, a fait des paquets cadeaux, est partie en promenade avec ses frères et sœurs).
 
Elle est morte alors qu'elle allait poster une demande d'inscription en licence ; quand son squelette brisé à été exhumé, des mèches de cheveux étaient encore collées à l'adhésif qui l'avait bâillonné.
 
1995 : La condamnation de Rosemary WEST
 
Rosemary West a été déclarée coupable du meurtre de dix personnes, toutes des filles ou des jeunes femmes ; l'une étant sa fille, une autre sa belle-fille.
« Quand elle a entendu le verdict, son visage n'a pas bougé, mais il a changé à la manière d'un paysage qui s'alourdit quand la lumière s'en va. »
 
Elle n'a pleuré qu'une fois au cours des débats dirigés par le bâtonnier, Brian Leveson, lorsque sa mère, Daisy Letts, s'est présentée à la barre des témoins : « avec sa surdité réelle et symbolique, confite de suffisance (" Rosie était une bonne mère, elle prenait soin des cheveux des enfants "), des rides d'amertume autour de sa bouche guindée et pincée, donnant l'impression d'une mère qui remplissait consciencieusement son devoir. Mais Rosemary West l'a dévoré des yeux, avec des larmes de chagrin d'une adolescente qui se sent incomprise. Daisy Letts ne s'est pas retournée et dans ce non-échange, les années ont été effacées »
 

Partager cet article

Repost 0
Published by GARY MORGANE - dans COUPLES SERIAL KILLERS
commenter cet article

commentaires