NOM ?

Recommander

Depuis 1995, quatre jeunes filles, brunes et jolies, ont disparu à proximité de la place Salvador-Dali, face à la gare. Seul le meurtre de l'une d'entre elles a été élucidé.A ce jour, on ne sait pas, si l'on est face à l'acte d'un serial killer ou de tueurs uniques ?. Certains sont persuadés qu'un tueur en série sévit dans la ville de Perpignan car il y a unité de temps (au début de la nuit), unité de lieu (le quartier de la gare) et unité d'action (enlèvements suivis de meurtres de victimes du même profil). 

Dernière information è Journal La Dépêche 09.06.2010

 La justice a demandé l'analyse ADN d'un suspect, Esteban Reig, qui s'est suicidé en prison en 2002, dans sa prison de Villefranche à 47 ans. 

Il y était enfermé pour avoir commis 2 ans plus tôt un crime atroce à Lyon, présentant des similitudes avec ceux de Moktaria et Marie-Hélène. Il avait poignardé puis découpé comme dans une boucherie son colocataire avec qui il avait eu une altercation. Or, cet expert au couteau, se trouvait dans le secteur de Perpignan entre 97 et 98. Sauf qu'à ce jour, les différents rapprochements d'ADN trop anciens et dégradés n'ont pas parlé. Mais les analyses se poursuivent.

25.09.1995 Tatiana Andujar

Cette belle lycéenne brune de 17 ans disparaît dans le secteur de la gare de Perpignan. Les derniers à l'avoir vue, des témoins «sûrs et fiables», se souviennent l'avoir croisée dans le train revenant de Toulouse. Depuis, plus rien. Tatiana Andujar avait expliqué à des proches son intention de se rendre «devant le café Figuères pour faire de l'auto-stop» et rejoindre sa famille à Llupia, un petit village situé à une dizaine de kilomètres de Perpignan.On ne la retrouvera jamais, bien qu'en mars 2006, la découverte par les policiers du Boulou (Pyrénées-Orientales) d'un crâne d'une jeune fille "en fin d'adolescence" donne quelque espoir pour la famille de Tatiana. 

D'après les experts, celui-ci aurait séjourné au moins dix ans à l'air libre. Le procureur de la République, Jean-Pierre Dreno a précisé que "la calotte crânienne a été découpée en biais". Mais il ne sera pas possible d'extraire d'ADN" du crâne retrouvé. A ce jour, le corps de Tatiana est resté introuvable.

A l'époque, Jacques RANCON, meurtrier présumé de Moktaria CHAIB était en prison en Picardie

 

mokataria-chaib.jpg20.12.1997 Moktaria Chaïb

 Jeune étudiante en sociologie de 19 ans, elle quitte la gare de Perpignan pour se rendre à pied à la Cité Universitaire. Le soir du meurtre, elle a dîné chez un ami, puis est rentrée chez elle vers 21heures.Son corps mutilé est retrouvé le lendemain près du boulevard Nungesser et Coli, en bordure d'un terrain vague dans le prolongement du trajet qu'avait emprunté Tatiana deux ans auparavant et à 500 mètres de l'endroit où elle était censée avoir fait du stop.   

La manière dont le corps de Moktaria Chaïb a été chirurgicalement découpé - seins tranchés, sexe et utérus prélevés - avant d'être abandonné dans un terrain vague a longtemps guidé les investigations. Son tortionnaire a des connaissances précises de l'anatomie humaine et les légistes pensent immédiatement à un membre du corps médical.  

Visiblement, du sperme a été retrouvé dans sa bouche (France Soir è Jérôme Sage et Brendan Kemmet 09/06/10) 

Un suspect, Andréas Palomino-Barrios un mystérieux «docteur» péruvien, offre un profil idéal ,On retrouve d’ailleurs un cheveu lui appartenant près du corps de Moktaria

Mis en examen, écroué, il a finalement bénéficié d'un non-lieu, est libéré et interdit de territoire français pendant 10 ans….

PARCOURS DE JACQUES RANCON TUEUR PRESUME

  

 jacques-rancon.png

 

 

Jacques Rançon, est issu d'une famille dont toute la fratrie a été confiée aux services sociaux. Sa dernière compagne, avec laquelle il vivait en Roussillon, l'a quitté en 2012 suite à des actes de violence réitérés.

Ce Picard de 54 ans a avoué être l'auteur de l'enlèvement, du viol et de l'assassinat, dans des circonstances effroyables, de Moktharia Chaïb. Il a été mis en examen pour "viol avec armes en récidive et assassinat", d'après le procureur de Perpignan, Achille Kiriakides. Il encourt la perpétuité, mais "cet homme est présumé innocent", a insisté le magistrat. Son avocat, Me Xavier Capelet, évoque pour Midi Libre une "personnalité (...) qui a d'ailleurs une dimension pathologique qui n'a pas été prise en compte, et il faudra savoir pourquoi".

Cet homme né en 1960 est issu d'une famille pauvre, dont tous les enfants ont été placés dans une famille d'accueil. Il a effectué un premier séjour en prison de 1992 à 1997, au motif du viol de son ex-femme, sous la menace d'une arme blanche. Marié en Picardie, père de deux enfants, il avait choisi le Pays Catalan, à sa libération, en septembre 1997, pour se reconstruire. Il a notamment effectué des missions au Marché Saint-Charles et s'est logé dans plusieurs hôtels de la ville. La découverte du corps mutilé de Mokhtaria Chaïb s'est produite seulement deux mois plus tard après son retour en société. Rançon figure sur la liste de quelque cent suspects interrogés en 2002, mais avant la création du Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques. Uni à Perpignan, en 2005, à une jeune femme de 17 ans, prénommée Lolita, puis père de deux nouveaux enfants, il s'est avéré violent avec cette compagne, qui l'a quitté en 2012. Il quittait souvent domicile, la nuit, pour rôder dans le quartier de la gare de Perpignan. Promis à un an de prison, en octobre 2013, pour "violences volontaires aggravées" sur son ex-compagne, il a recouvré la liberté en juillet dernier.

  

 06.1998 Marie-Hélène Gonzales

  Marie-Hélène Gonzales, 22 ans, disparaît à son tour dans le même quartier. On la retrouve sous des branchages près de la voie de chemin de fer. Son corps est éviscéré et ses mains ont été amputées. on lui a coupé la tête et les mains, qui ont disparu. On l'a éventrée. On lui a arraché les viscères et on les a déposés dans une boîte en carton, à côté du corps. la veille de la Saint-Sylvestre, la tête et les mains de Marie-Hélène Gonzalez ont été retrouvées dans un fourré à 25 kilomètres de Perpignan, soit 6 mois plus tard. Un seul suspect est arrêté. Il s'agit d'un chirurgien péruvien. Mais faute d'élément matériel hormis son passe-montagne retrouvé près du lieu des disparitions l'homme a été relâché puis expulsé par les autorités.  

On l'a vue monter dans le train à Elne et elle devait, comme Tatiana Andujar, rejoindre sa famille à Toulouges, près de Llupia. Dix jours plus tard, un ferrailleur découvre son corps dans un terrain vague en contrebas du pont qui enjambe l'autoroute A9, à quelques dizaines de mètres seulement du péage. Marie-Hélène a été mutilée plus horriblement encore que Mokhtaria. Elle a la tête et les deux mains coupées et une sorte d'éventration au niveau du sexe. L'enquête de la police judiciaire n'avance pas et, à l'automne 2000, le faux chirurgien péruvien qui crie son innocence dans le meurtre de Mokhtaria Chaïb est finalement remis en liberté et condamné à dix ans d'interdiction du territoire français. 

A l'époque, Jacques RANCON, meurtrier présumé de Moktaria CHAIB. vit bien à Perpignan.  Mais si deux ADN masculins ont pu être isolés sur la scène de crime de Marie-Hélène Gonzales, ils sont différents de celui retrouvé sur les chaussures de Mokhtaria Chaïb. Celui de Jacques RANCON

Suspect N° 1 è Esteban Reig 09.02.2001 Fatima Idrahou (affaire résolue)

Moktaria-Chaib.jpg

 Découverte en 2001 dans l'étang de Canet-en-Roussillon.Son meurtre est élucidé. Le soir de sa disparition , un gardien de supermarché remarque un homme et une femme en train de se disputer dans une petite voiture blanche. Outre le numéro du département (66), il retient deux chiffres de la plaque d'immatriculation. «A partir de ces quatre numéros et de la couleur du véhicule, nous avons dressé une liste de 1 500 propriétaires possibles», explique Yannick Salabert, directeur de la PJ de Perpignan. Or il se trouve que le fils de l'un d'eux envoyait des e-mails à Fatima. Interpellé, Marc Delpech, un Perpignanais de 36 ans, patron du San-Diego, un bar de la place de la République, avoue le meurtre. Le mobile? Le viol de la jeune fille (il se rétractera plus tard sur ce point).Ce passionné de jeux vidéo, introverti et très intelligent - il est doté d'un QI de 136 - a-t-il pu commettre les autres meurtres? Plusieurs éléments intriguent les enquêteurs. Dans son ordinateur, ils ont découvert quelques ébauches de romans: l'un raconte les tribulations d'un rabatteur de Jack l'Eventreur; un autre l'enlèvement d'une certaine... Tatiana. Ils tombent aussi sur des dizaines de coupures de presse consacrées au «serial killer de la gare». Entendu par la magistrate chargée du dossier, Delpech nie. «En l'état, rien ne permet de l'accuser», résume un enquêteur, perplexe. 

Les pistes policières abandonnées 

Un suspect, Andréas Palomino-Barrios un mystérieux «docteur» péruvien, offre un profil idéal: 

-          il habite à proximité de l'endroit où Moktaria a été retrouvée
-          son diplôme de chirurgien expliquerait la «découpe» professionnelle du cadavre...
-           il est incapable de communiquer son emploi du temps aux enquêteurs
-          Dans son studio, les policiers mettent la main sur des vêtements tachés de sang mais C'est de son propre sang qu'étaient tachés les vêtements du docteur.
-          il donne aux policiers comme explications plusieurs fausses versions
-          Il possède enfin un fourgon qui a été nettoyé à fond le lendemain du crime alors que ce véhicule n'était jamais lavé. Même quand un lieu de crime a été lavé à grande eau on finit toujours par retrouver un cheveu, un fil, une trace, une empreinte. Là, rien...

La défense de cet homme étrange de 53 ans ne convainc pas: il est mis en examen pour «assassinat, tortures et actes de barbarie» et écroué. Mais, quelques mois plus tard, on retrouve le cadavre de Marie-Hélène Gonzales, atrocement mutilé (mains et tête coupées). Le mystérieux docteur est relâché. Il bénéficiera d'un non-lieu et sera interdit de territoire français pour 10 ans. Etonnant de penser que comme il ne peut être le tueur de Marie Hélène, puisqu'il était incarcéré, il ne peut donc être celui de Mokhtaria !. 

Car, les mutilations observées sur le corps de Mokhtaria sont chirurgicales, alors que celles observées sur le corps de Marie Hélène Gonzales sont grossières. Ce qui peut laisser entendre deux choses : 

-          ce n'est pas le même tueur
-          c'est le même tueur qui essaie de cacher sa série criminelle

Le plus 

Les hommes de la PJ ont même examiné l'hypothèse d'un tueur possédé, qui agirait sous l'emprise posthume de Salvador Dali. A l'appui de cette thèse, des tableaux comme Le Spectre du sex-appeal ou Le miel est plus doux que le sang, une oeuvre de 1941 représentant un corps de femme... sans mains ni tête dans un terrain vague. Des spécialistes du peintre surréaliste ont été consultés. Sans résultat probant.   

Les personnes proches du dossier des disparues de Perpignan

 

Le juge d’instruction Anne Haye

Me Etienne Nicolau, avocat des familles des victimes 

 

 Près du corps de Marie-Hélène Gonzalez, une serviette éponge est retrouvée, brodée des lettres E. R. De plus, l’épouse de Reig, interrogée durant sa détention, confiera aux enquêteurs que son mari lui aurait avoué deux meurtres…

Suspect N° 2 ==> Andréas Palomino-Barrios , son passe-montagne retrouvé près du lieu où a été retrouvé le corps de Marie Hélène Gonazles

 

Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés