Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 09:48


Noms                     
Gerald Armond Gallego et Charlene Adell Williams
Surnom :               Les « Sex Slaves Killers »
Nés les :               Gerald Gallego le 17 juillet 1946 à Sacramento,
                               Charlene Williams le 10 octobre 1956 à Stockton (Calif.) - Etats-Unis
Mort(s) le  :           Gerald Gallego le 1er novembre 2002 au Nevada (cancer généralisé),
                              Charlene Williams est toujours vivante, elle a été libérée.

Tueurs en série Américains


PREAMBULE

A la fin des années 70, en Californie, ce couple a enlevé et assassiné dix personnes. La plupart de leurs victimes étaient des adolescentes, enlevées grâce à des stratagèmes planifiés, dans le but de fournir à Gerald Gallego un cortège "d'esclaves sexuelles" "jetables".


Enfance de Gérald Gallego : Une histoire d'hérédité ?



Son père, prénommé Gérard Albert était en prison pour meurtre lorsqu'il est né en 1946. Libéré, il tua de nouveau 2 policiers. Il fut le premier exécuté dans la nouvelle chambre à gaz du Mississipi en 1955. Gérald a alors 9 ans.

Sa mère, prénommée Lorraine Pullen Bennett Gallego était une prostituée de Sacramento, et son fils Gerald servit de coursier à différents souteneurs durant les années 50.

Ses problèmes avec la police commencèrent dès six ans et il fut arrêté à 13 ans pour le viol d'une fillette de six ans.


Enfance de Charlene Adell Williams : Un conte de fée ?


Son père, prénommé Charles, avait gravi les échelons dans le commerce de l'épicerie, commençant comme boucher de supermarché pour terminer dirigeant d'une chaîne nationale d'épicerie. Très porche de sa fille, il l'emmenait très souvent avec lui dans ses voyages d'affaire.

Charlene était douée pour tout, avait un QI de 160 et un prodigieux talent pour le violon.

Elle bascule dans la drogue et l'alcool au lycée. Elle obtint son bac avec difficulté, échoua à l'université et rata deux courts mariages, l'un après l'autre.

Leur rencontre (1977)


Gerald et Charlene se rencontrèrent dans un bar miteux de Sacramento en septembre 1977.
Ils s'installèrent ensemble quelques semaines plus tard, et Gerald imposa sa loi immédiatement. Charlene devait être celle qui ramènerait l'argent à la maison et elle lui donna tout ce qu'elle gagnait comme employée dans un supermarché.

Il lui dit ce qu'elle devait porter et ne lui cacha pas avoir des aventures avec d'autres femmes.
Lorsqu'il commença à parler de son fantasme d'esclaves sexuelles, l'idée intrigua Charlene. Il lui expliqua qu'il avait des problèmes sexuels et que le seul moyen de le guérir était de "coucher avec des vierges"

Ils se marient le 30 septembre 1978. Ils ont déjà assassinées deux jeunes filles, et Gérald avait un mandat d'arrêt délivré contre lui, pour le viol répété de sa fille, née d'une rencontre précédant celle de Charlene.

Début des crimes


11.09.1978 ==> Charlene est enceinte de deux mois. Elle avortera le lendemain des crimes. Elle a 22 ans. Le but était de trouver des esclaves sexuelles pour Gérald Gallego.

Méthode employée : Charlene parlait avec les victimes, les faisait monter dans le van, et ensuite les laissait aux mains de Gérald qui assouvissait ses fantasmes sexuels.


Leurs victimes

11.09.1978 Rhonda Scheffer, 17 ans, et Kippi Vaught, 16 ans.


Charlene leur a fait croire qu'elles fumeraient un joint dans le van.
Une fois à l'intérieur, Gérald les attendait avec un revolver. Elles furent violées puis assommées avec un tube en acier, et tuées par balles.

Ils déménagèrent juste après et s'installèrent à Reno.

Juin 1979 Brenda Judd, 14 ans, et Sandra Colley, 13 ans.


Charlene les accosta. Elle leur expliqua qu'elle avait besoin d'aide pour distribuer des prospectus publicitaires sur le parking, et qu'elle leur donnerait quelques dollars si elles l'aidaient. Lorsque les filles acceptèrent, Charlene ajouta qu'elle devait prendre plus de prospectus dans son van et elles la suivirent dans le parking. Elles montèrent toutes trois dans le van (à l'arrière duquel Gallego avait placé un fin matelas et des couvertures) et Gerald Gallego, qui les avait observées et suivies, arriva un instant plus tard. Brandissant son arme, il attacha les filles en larmes et conduisit à nouveau vers la I-80.

Sur la route, il s'arrêta à un magasin de bricolage et laissa Charlene seule avec les filles. Elle ne les aida pas à s'enfuir. L'idée ne lui traversa même pas l'esprit. Gallego revint un moment plus tard avec un marteau et une pelle.

Gallego conduisit sur la I-80 jusqu'aux collines de Mustang. Il dit à Charlene de prendre le volant et passa à l'arrière du van, où il viola les deux jeunes filles. Il prit son temps et Charlene continua à conduire à travers les collines du Nevada. Finalement, reprochant à Charlene de conduire trop vite, Gallego reprit le volant. Lorsqu'il s'arrêta, il emmena les filles l'une après l'autre dans l'obscurité, les tua avec son marteau et les enterra.

Ils déménagèrent là aussi juste après et retournèrent à Sacramento.

Le 24 avril 1980, Gerald et Charlene Gallego épièrent la foule d'adolescentes sur le parking de "Tower Records", au Country Club Plaza de Sacramento, où ils avaient déjà enlevé Rhonda Scheffer et Kippi Vaught un an et demi plus tôt.
Voyant trop de policiers à leur goût, ils partirent et se rendirent au Sunrise Mall, à Citrus Heights, à 20mn de Sacramento.

Stacy Ann Redican et Karen Twiggs, 17 ans toutes les deux furent là aussi attirées par Charlène qui leur proposa de fumer un joint dans le van. Elles furent enlevées, violées puis tuées au marteau et enterrées. Les corps furent découverts quelques jours plus tard par un groupe de pique-niqueurs et leur chien. Ils avaient été à moitié déterrés par les coyotes. La mère de Stacy Ann Redican identifia sa fille et les radios dentaires de Karen Twiggs permirent rapidement de l'identifier à son tour.

,Alors que Charlène est de nouveau enceinte de quelques semaines, ( il est décidé entre eux, que l'enfant serait gardé) le 07 Juin 1980, Linda Aguilar est repérée par Gérald. (elle avait 21 ans, des cheveux noirs et elle était enceinte). Il ralentit le van et demanda à Linda si elle voulait qu'ils la prennent en stop.

Linda, qui rentrait chez elle après avoir fait des courses, accepta. Charlene tenta bien de convaincre "Gerry" de ne pas la toucher : elle était enceinte, comme elle. Mais "Gerry" lui ordonna de conduire et, son 357 magnum à la main, il attacha Linda. Elle fut violée puis tuée par étranglement. le corps de la jeune femme fut découvert le 22 juin 1980.

Le médecin légiste découvrit que, malgré les coups portés à la tête, Linda était encore vivante lorsqu'elle avait été enterrée.

Le 16 Juillet 1980, ils passent la soirée dans un bar au Sail Inn, un bar de West Sacramento. Virginia Mochel, la barmaid semble lui plaire, et au moment de partir, il refuse de quitter le bar sans la barmaid. Charlène lui fait comprendre qu'ils prennent un grand risque, mais rien n'y fait, il attend la fermeture du bar.

Lorsque Virginia Mochel sortit du bar après avoir tout fermé, Gerald la força à entrer dans le van avec son 357 Magnum. Mais cette fois, au lieu de conduire le van dans les bois ou le désert, il le ramena chez eux. Sur la route, Virginia Mochel demanda à Gallego de la relâcher, parlant sans cesse de ses enfants qui allaient être seuls à la maison. Mais Gallego ne l'écouta pas.

Ils parvinrent enfin chez eux et Charlene sortit du van, furieuse. Elle attendit à l'intérieur, en regardant la télévision, hésitant entre la colère et la peur. Lorsqu'il eut obtenu ce qu'il voulait, Gerald vint chercher Charlene et lui dit de monter dans le van. Elle conduisit, suivant ses instructions, et il étrangla Virginia. Puis, il expliqua qu'il fallait qu'ils trouvent "un endroit pour se débarrasser d'elle". Ils jetèrent le corps en dehors de Clarksburg, près d'un endroit où ils étaient déjà venus pêcher. Charlene dut ensuite nettoyer le van, comme d'habitude, et Gallego jeta le sac et les bijoux de Virginia.

la police prit-elle sa disparition au sérieux. Les patrons du Sail Inn expliquèrent qu'un couple, un certain Stephen et une Charlene, avaient passé la soirée au bar cette nuit-là et l'avaient quitté en dernier. "Stephen" était saoul, il avait importuné Virginia par des remarques grossières et elle l'avait rabroué plus d'une fois. Le collègue de Virginia, le barman, se souvint même de ce que ce "Stephen" lui avait dit : son nom de famille était "Feil" et il travaillait lui aussi dans un bar, au nord de Sacramento.

La police retrouva Gerald Gallego à son nouvel emploi de barman et il admit qu'il avait été au Sail Inn la nuit précédente. Mais il ne savait rien de Virginia Mochel ni de ce qui lui était arrivé. Charlene donna une réponse similaire et dit à la police que son petit ami et elle avaient passé la journée à pêcher avant d'aller au bar. Ils avaient beaucoup bu et elle ne se souvenait pas de grand-chose...

Le 2 octobre 1980, le corps de Virginia fut découvert dans un coin de pêcheurs. Ses mains étaient attachées avec du fil de pêche, ce qui donna matière à soupçonner "Monsieur et Madame Feil". Les enquêteurs demandèrent à Charlene de passer au commissariat pour répondre à quelques questions.

Novembre 1980, de nouveau fin saoûls, ils partent à la recherche de nouvelles conquêtes pour Gérald. Mais cette fois ci, l'attention de Gérald se porte sur un couple d'étudiants. Ce qui choque Charlène. Ils les forcent à entrer dans le van avec leur arme. A ce moment là , un ami du couple d'étudiants voulut leur dire au revoir mais se fit insulter par Gérald qui le poussa avant de démarrer. Choqué, l'étudiant releva le numéro d'immatriculation du van...

Ils roulèrent jusqu'à Bass Lake Road. Il ordonna à Craig Miller de sortir de la voiture, le fit avancer devant lui et lui tira trois balles dans la tête. Ensuite, il remonta en voiture et dit à Charlene de les conduire jusqu'à leur appartement.

Lorsqu'ils y parvinrent, il emmena Mary Beth dans sa chambre. Charlene regarda la télévision et finit par s'endormir pendant que Gallego violait la jeune étudiante !

Enfin, elle les conduisit de nouveau dans les bois, près de Sierra College, à 30km à l'est de Sacramento. Gallego fit avancer Mary Beth devant lui, puis lui tira trois balles dans la tête. Charlene et lui revinrent ensuite à son appartement pour faire disparaître les preuves.

Les corps furent retrouvés, et la police interrogea Charlène et Gérald. Charlène est alors enceinte de 7 mois. A Sacramento, les preuves s'accumulaient et la chance dont avait bénéficié Gallego jusque-là le quittait. Craig Miller était le fils d'un directeur de l'une des sociétés de communication les plus puissantes du pays et Mary Beth Sowers était la fille d'un physicien nucléaire célèbre. Les meurtres des deux jeunes gens firent immédiatement les gros titres dans les journaux et les télévisons de tout l'ouest des Etats-Unis.

Le père de Charlene n'imagina pas que son beau-fils puisse être un assassin, mais le doute le taraudait. Il pensait que sa "fille chérie" pourrait être la prochaine victime. Il contacta la police pour révéler aux enquêteurs que le véritable nom de "Stephen Feil" était Gerald Gallego et qu'il était recherché pour des viols sur sa propre fille.

Les policiers jetèrent un oeil sur le long casier judiciaire de Gallego, qui avait été inculpé plusieurs fois pour viols et agressions sexuelles.

Les enquêteurs prévinrent le FBI, qui partit sur les traces des Gallego.

A Sacramento, une femme appela la police. Elle avait vu Gallego tirer quelques balles dans le grenier du bar où il travaillait, au nord de Sacramento. Il voulait jouer les machos et avait pensé l'impressionner. La femme conduisit les policiers jusqu'au grenier et ils récupérèrent les balles. Peu après, la balistique permit de savoir que ces balles étaient les mêmes que celles extraites du corps de Craig Miller.

Gerald et Charlene Gallego partirent pour Omaha (Nebraska), où Charlene appela de nouveau ses parents. À contrecœur, ils acceptèrent de lui envoyer plus d'argent.

Mais cette fois, ils dirent au FBI où était leur fille. Le 17 novembre 1980, des agents attendirent à la banque Western Union d'Omaha et arrêtèrent le couple sans difficulté.

Le Comté de Sacramento inculpa Gerald et Charlene Gallego des meurtres de Craig Miller et Mary Beth Sowers... en attendant plus.

Défendue par un excellent avocat (payé par ses parents), Charlene choisit de passer un marché. Le 27 juillet 1981, elle contacta le procureur, espérant que sa coopération dans l'affaire Craig Miller / Mary Beth Sowers lui permettrait d'être libérée. Elle expliqua que "Gerry" l'avait déposée à son appartement, était parti avec les deux étudiants, puis était revenu seul, avec du sang sur sa chemise. Le procureur ne la crut pas.

Charlene était persuadée que Gerald Gallego, tel un "chevalier blanc", allait s'accuser de tout et affirmer que Charlene n'était responsable de rien. Mais "Gerry" n'en fit rien, au contraire. Charlene se sentit trahie et décida de l'accuser ouvertement. Elle expliqua à son avocat que Gerald et elle avaient déjà tué auparavant, huit fois.

L'avocat fut abasourdi. Il demanda à un détective privé de vérifier les dires de Charlene. Tout était vrai. L'avocat de Charlene décida à son tour de passer un marché avec les différents procureurs. Si elle donnait toutes les informations et preuves nécessaires pour accuser Gallego (ce que les différentes polices ne possédaient pas), la Justice lui assurerait la peine minimum.


Cela prit du temps, mais finalement, le procureur accepta qu'elle plaide coupable pour les meurtres de Karen Twiggs et Stacy Redican. Avec un mémoire incroyable, Charlene Gallego indiqua les endroits précis où les jeunes filles avaient été enlevées, conduisit les enquêteurs là où les corps des différentes victimes avaient été abandonnés ou enterrés (sauf ceux de Sandra Colley et Brenda Judd, qui avaient disparu dans un torrent de boue durant l'hiver), et décrivit en détail tout ce qui s'était passé.
En échange de son témoignage contre Gerald Gallego, elle ne fut pas libérée, mais condamnée uniquement à 16 ans de prison (la peine minimum qu'elle pouvait espérer en Californie pour un meurtre au second degré) pour les meurtres de Karen Twiggs et Stacy Redican

Enquête et condamnation


Le 21 juin 1983, Gerald Gallego fut condamné à mort pour les meurtres de Craig Miller et de Mary Beth Sowers.


En prison, Gerald Gallego apprit qu'il avait un cancer de l'anus. Il refusa de subir une chimiothérapie et son cancer se propagea jusqu'à ses poumons et son foie. Il mourut le 18 juillet 2002 au centre médical pénitentiaire du Nevada.


Charlene Williams-Gallego fut libérée de prison le 17 juillet 1997, à 41 ans.
Elle ne dit pas aux autorités où elle allait vivre, mais accepta de se faire connaître comme ex-criminelle là où elle s'installerait.

Mercedes Williams (qui éleva l'enfant que Charlene avait eu de Gallego) expliqua que sa fille avait quitté la Californie et qu'elle n'y reviendrait jamais.

 

 

Repost 0
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 08:00
ahindley-ET-ianbrady.jpg
Nom : MYRA HINDLEY et IAN BRADY
Surnom : « Les tueurs de La Lande »
Né(s) le :
Lui : 02.01.1938 à Gorbals (Glasgow
Elle : 23 juillet 1942 à Gorton (district industriel de Manchester)
Mort(s) le :
Lui : encore en vie
Elle :16 novembre 2002
 
Tueurs en série Britanniques
 
PREAMBULE
 
Ils se rencontrent en 1961.Ils ont alors respectivement 23 ans et 19 ans.
Les "tueurs de la lande" condamnés à la prison à vie en 1966 pour les meurtres, parfois précédés de tortures, de cinq enfants, âgés de 10 à 17 ans.
 
Le couple photographie Lesley Ann dans des poses pornographiques et se repasse une bande enregistrée avec les cris de terreur et de douleur de Lesley Ann pendant qu'il font l'amour. (Ils ont enregistré les 15 dernières minutes de sa vie ...).
 
IAN BRADY
 
Mère :Margaret(Peggy)Stewart
Père : Décédé avant sa naissance. Sa mère épouse Patrick Brady quand Ian a 12 ans.
 
Passionné de la période nazi.
Passionné par la torture.
Ian Brady est toujours en prison à écrire sa biographie qu'il n'autorisera à publier qu'après sa mort.   Il n’a jamais exprimé le moindre regret.

 

 

La justice lui refuse le droit au suicide en mars 2000.
 
MYRA HINDLEY
 
Père Bob Hindley
Mère : Nellie (Hettie) Hindley
Une soeur : Maureen (née en août 1946).
 
Elle décède à l’âge de 60 ans le 22.11.2002 à l'hôpital St Edmunds (dans le Suffolk) après y avoir été admise le 12 novembre, pour une infection pulmonaire et de sévères problèmes respiratoires.
 
Myra Hindley était incarcérée à la prison de Highpoint depuis 1997.Elle était en très mauvaise santé et son état n'a fait que se détériorer à l'hôpital. Elle avait déjà eu une attaque cardiaque auparavant et souffrait également d'angine et d'ostéoporose.
 
Après avoir passé 36 ans en prison, Myra Hindley espérait être libérée prochainement et en avait fait légalement la demande. Si la maladie ne l'avait pas emporté, Hindley aurait sans doute pu sortir de prison.
 
Hindley était une grosse fumeuse et le médecin de la prison lui avait donné des patchs pour qu'elle cesse de fumer mais elle n'en avait pas tenu compte.
Elle fut incinérée et ses cendres dispersées.
 
Elle n’a jamais exprimé le moindre regret.
 
Les victimes
 
 
Pauline READE 16 ans 
paulinereade.jpg
12.07.1963 : disparut sur la route de la disco près de sa maison de Gorton, à Manchester dans le nord de Angleterre. Myra Hindley expliqua à la jeune fille qu'elle avait perdu ses gants et demanda son aide pour les retrouver. Son corps ne fut découvert qu'en 1987 suite aux confessions de Myra Hindley et de Ian Brady.
John Kilbride-12 ans
180px-John-Kilbride.jpg
23.11.1963 : disparut quatre mois plus tard, le jour suivant l'assassinat du Président Kennedy. Après que le funeste couple l'ait attiré jusqu'a la lande, ils l'agressèrent sexuellement avant de le tuer. Après le meurtre, Hindley se fit photographier par Brady sur la tombe de l'enfant tenant son chien de compagnie dans ses bras. Une photographie en guise de sinistre trophée de leur dernier outrage, une image qui allait plus tard mener la police à la dépouille du jeune garçon.
 
Keith Bennett 12 ans 
keithbennett.jpg
 
16.06.1964. Disparut près de sa maison de Chorlton-sur-Medlock (Manchester ) Son corps ne sera jamais découvert.
Lesley Ann Downey
lesley-ann-downey.jpg
26.12.1964 : fut la plus jeune victime du couple. La fillette de 10 ans fut tuée le jour du boxing day 1964 après avoir été attiré d'un parc d'amusement jusqu'à la maison que Hindley partageait avec sa grand-mère dans Hattersley. Dans la chambre à coucher de Hindley, elle fut dépouillée, sexuellement maltraitée et torturée pendant qu'ils la forçaient à poser pour des photographies pornographiques. L'attaque fut enregistrée sur bande sonore par Hindley et les 16 minutes 21 secondes des derniers moments désespérés de la fillette furent déposés comme élément de preuve lors de leur procès. Son corps sera retrouvé le 15.10.1965.
 
Edward Evans, 17 ans
180px-Edward-Evans.jpg
06.10.1965.Son meurtre a été observé de force par le beau frère de Hindley . Terriblement choqué, il ne bougea pas, aida même à « cacher » le corps, puis s’enfuit et appela la police. C’est « grâce » à lui que le couple maléfique stoppera son parcours criminel. Edward Evans était homosexuel.
 
L’enquête et La condamnation
 
Arrêtés le 07.10.1965 sur dénonciation.
 

Le couple fut finalement livré à la justice après qu'ils aient fait participer le beau-frère de 17 ans de Hindley dans la mort d'Edward Evans, également âgé de 17 ans. David Smith fut forcé d'observer Evans être massacré par Brady avec une hache, étouffé avec un coussin et terminer sa tâche sinistre avec un câble électrique.

Horriblement choqué, David Smith aida le couple à porter le corps ficelé dans une chambre à coucher. Puis, terrifié, il s'enfuya et appela la police. Le couple lui avait raconté en détails les autres meurtres auparavant, mais Smith avait toujours cru à des histoires inventées.

Ce qui a été trouvé par les enquêteurs lors des perquisitions au domicile du couple
 

- Une bibliothèque fournie, composée pour l’essentiel d’œuvres de Sade et d’ouvrages consacrés à la torture. 

- Un album de plus de cent photographies dont la plupart avaient été prise dans les landes de Saddleworth.
Fait plus curieux encore, une grande partie de ces photographies représentaient deux points particuliers de ce paysage morne et insignifiant, deux lieux ne présentant aucun intérêt photographique. Pourquoi Brady a t-il pris la peine de les photographier si abondamment ?
 

On fit une autre trouvaille dans le livre de prières de Myra Hindley, une jeune femme qui ne manquait jamais le service religieux du dimanche. C’est un reçu pour deux valises laissées à la consigne d’une gare de Manchester.

 

Les valises contenaient une collection de livres sur la torture et le sadisme.

 

Il s’y trouvait aussi un certain nombre de photos pornographiques dont le sujet était une petite fille brune, entièrement nue, à l’exception de souliers et de chaussettes, avec une écharpe enroulée autour de son cou et couvrant la bouche et le nez.

 

De ces photos, un magistrat devait dire par la suite ; « Il n’y a pas dans la langue anglaise d’adjectifs appropriés pour les décrire. » Et cela n’était pas encore le plus révoltant.

 

Deux bobines de ruban magnétique furent retrouvées dans l’une des mallettes. Les policiers les montèrent sur un magnétophone et écoutèrent les enregistrements. Ils entendirent un programme de télévision, puis des chants de Noël, puis l’accompagnement sonore d’une scène que ces hommes pourtant endurcis n’osaient imaginer.

 

Trois voix, dont ils en reconnurent deux comme celles de Ian Brady et Myra Hindley, et dont l’autre était une voix de petite fille.

 

L’enregistrement avait de toute évidence été fait dans une chambre où la fillette avait été déshabillée, violée et torturée. Ian Brady et Myra Hindley parlaient en des termes d’une obscénité impubliable ; et la fillette criait, sanglotait, suppliait le couple sadique de l’épargner… »

 

Condamnation

 
Lui : Condamné trois fois à la prison à vie en 1966. Il est reconnu coupable des meutres de Kilbride, Evans et Downey..
 
Elle:  Condamnée deux fois à la prison à vie en 1966. Elle est reconnue coupable des meurtres de Evans et Downey
 
Condamnée aussi à 7 ans de prison pour avoir caché Brady après le meurtre de Kilbride.
 
Les liens vidéo
Repost 0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 17:03

Nom ROSEMARY ET FREDERICK WEST
Surnom : aucun à ma connaisance
Né(s) le : Lui (vers 1942) Elle (vers 1954)
Mort le : Lui (01.1995-suicide) Elle (encore en vie)
Tueurs en série Britanniques



 
PREAMBULE
 
25.02.1994 : Le couple est arrêté. Il a alors 52 ans, elle en a 40.
Mars 1994 La découverte de six cadavres dans la maison d’un entrepreneur sans histoires et la conviction des policiers qu’ils ne sont pas encore au bout de leurs macabres trouvailles ont fortement troublé la sérénité de Gloucester, ville de 100.000 habitants de l’ouest de l’Angleterre.
 
La vie familiale de ROSEMARY
 
On sait très peu de chose sur la vie de Frederick, celui ci s’éant suicidé avant son procès en janvier 1995.
 
Enfance
Enfant violée par son père et recherchant l’amour de sa mère qui ne lui donnera jamais.
15 ans
Elle rencontre son futur mari FRED
17 ans
Elle a son premier bébé. Elle aura en tout 8 enfants. Les photos d'elle à cette époque la montrent maigrichonne, pâle, le regard inexpressif.
Sa sœur
Elle a 1 sœur qui apparaîtra lors de son procès en février 1995 fluette et impeccable. Elle s'est raidie de tout son être en entrant dans la salle d’audience «vous pouviez sentir sa volonté de se maintenir loin à l'écart de la prisonnière dans le box ».
Sa période meurtrière
L'orgie de meurtre qui s'est déroulée de novembre 1973 à avril 1975 (Carol Cooper, Lucy Partington, Therese Siegenthaler, Shirley Hubbard, Juanita Mott) a coïncidé avec sa période d'infertilité, avant la venue au monde de sa fille Tara.
Ses enfants
Elle aura huit enfants. L'un est mort, cinq autres ont été placés dans des familles d'accueil. La chambre des enfants se trouvait dans la cave
 
 
 
Les victimes
 
Caroline OWENS
 
Rosemary West l’a atrocement violé. Caroline O. a gardé son charmant visage détourné de la femme qui l'a torturée lors de sa comparution au procès.
 
Caroline Owens a raconté que, lorsque Frédérick W. l'a violée après une nuit de dépravation, il a joui en quelques secondes, puis a fondu en larmes
 
Caroline Owens se souvient des commentaires de Fred sur ses " lèvres joufflues " et disant que s'il pouvait lui " gonfler le vagin ", pour donner une plus grande protubérance au clitoris afin qu’elle ressente plus de plaisir.
 
Caroline Owens ainsi que Mademoiselle A se souvient des ongles longs de Rosemary West à l'intérieur d'elle.
 
Rosemary West faisait du thé pour Caroline Owens, entre deux séances de torture humiliante
Mademoiselle A
Mademoiselle A., dont le témoignage de torture sexuelle a tant horrifié la Cour, n’a pas regardé son bourreau pendant l’audience.
 
Mademoiselle A. ainsi que Caroline Owens se souvient des ongles longs de Rosemary West à l'intérieur d'elle.
Rena Costello
Pas d’info
Juanita Mott
Pas d’info
Shirley Robinson
Shirley Robinson - enceinte de huit mois de Fred West - a été retrouvée avec son fœtus à terme anatomiquement réimplanté dans son utérus,
retrouvée aussi dans le jardin des époux West. Le corps était en état de décomposition fort avancé. avait logé un temps chez les West et avait disparu à l’âge de dix-huit ans alors qu’elle était enceinte
Carol Cooper
 
 
 

a fait un signe de la main depuis l'arrière d'un bus avant de disparaître pour un silence de 21 ans.
 
 
 
 
Heather West
Fille des West. Elle mourra à 16 ans parce qu’elle aurait eu un sourire impertinent. Le corps fut retrouvé sous 1,5 mètre de terre, dans le jardin de la maison des West, au 25, Cromwell Street
 
 
Shirley Hubbard
Shirley Hubbard a eu un tuyau respiratoire enfoncé à travers son masque, vraisemblablement pour la maintenir en vie plus longtemps
Alison Chambers
Pas d’info
Lynda Gough 
 

Pas d’info
 
 
 
 
 
 
 
 
Therese Siegenthaler
Pas d’info
Charmaine West 
 
 
 
 

Fille des West. Elle est morte parce qu’elle était entêtée. (Anna-Marie (sa sœur) se souvient d'elle comme d'une petite fille qui tenait tête et qui n'avait jamais supplié, ni pleuré).
Ann Mc Fall
Pas d’info
Anna-Marie Davis
 
 

Première fille de Fred West et la belle-fille de Rose West, a porté à maintes reprises lors de son témoignage à la cour, son regard sur sa belle-mère ( un regard docile, éperdu, triste, d'où toute colère était absente et qui a fait chavirer tous ceux d'entre nous qui l'ont surpris). Elle était une " fifille à son papa ", bien que son père l'ait violée, l'ait mise enceinte et qu'il l'ait frappée au visage à coups de bottes coquées de métal.
 
Elle s'est elle-même définie comme étant, à l'époque, une enfant pleurnicharde et obéissante. Elle était assoiffée d'amour.
Rosemary West s'est servi du vibromasseur sur sa belle-fille de huit ans, ligotée et bâillonnée, avant que Frederick West n’ait des rapports sexuels avec elle. Le couple chuchotait des mots tendres et d'encouragements à la petite fille tandis qu'ils la déchiraient. Ils lui ont appris à se montrer reconnaissante (ils " l'aidaient "). Après avoir abusé de son petit corps, ils la caressaient, lui faisaient prendre un bain salé, " se montraient si gentils, si gentils ". Pendant sept ans, Anne-Marie Davis a été violée, par ses deux parents et des " clients " : " les amis qui venaient au 25 Cromwell Street "
 
Anna-Marie se rappelle que, lors de sa première visite à la cave, le godemiché était posé dans un bol en Pyrex. Fred et Rosemary West ont pratiqué des pseudo examens médicaux sur leurs victimes.
Lucy Partington

La Juteuse Lucy ", comme Fréderick W ; l'appelait de façon lubrique. Elle était une femme issue de la bourgeoisie (c'était la cousine de Martin Amis, qui lui a dédié son dernier roman, The Information), une étudiante appliquée, une catholique chaste, une personne tranquille et travailleuse qui faisait des projets d’avenir avant de ne plus en avoir.
 
Elle avait des amies proches et faisait partie d'une famille aimante. Quand elle a disparu, une battue massive a été organisée. Sa mère a fourni à la police un emploi du temps, détaillé heure par heure, de la dernière semaine qu'elle a passé en vie (elle a lu Les Hauts de Hurlevent et Piers Plowman au coin du feu, a préparé un ragoût pour la famille qui a brûlé, est allé à la messe de minuit, a fait des paquets cadeaux, est partie en promenade avec ses frères et sœurs).
 
Elle est morte alors qu'elle allait poster une demande d'inscription en licence ; quand son squelette brisé à été exhumé, des mèches de cheveux étaient encore collées à l'adhésif qui l'avait bâillonné.
 
1995 : La condamnation de Rosemary WEST
 
Rosemary West a été déclarée coupable du meurtre de dix personnes, toutes des filles ou des jeunes femmes ; l'une étant sa fille, une autre sa belle-fille.
« Quand elle a entendu le verdict, son visage n'a pas bougé, mais il a changé à la manière d'un paysage qui s'alourdit quand la lumière s'en va. »
 
Elle n'a pleuré qu'une fois au cours des débats dirigés par le bâtonnier, Brian Leveson, lorsque sa mère, Daisy Letts, s'est présentée à la barre des témoins : « avec sa surdité réelle et symbolique, confite de suffisance (" Rosie était une bonne mère, elle prenait soin des cheveux des enfants "), des rides d'amertume autour de sa bouche guindée et pincée, donnant l'impression d'une mère qui remplissait consciencieusement son devoir. Mais Rosemary West l'a dévoré des yeux, avec des larmes de chagrin d'une adolescente qui se sent incomprise. Daisy Letts ne s'est pas retournée et dans ce non-échange, les années ont été effacées »
 
Repost 0
Published by GARY MORGANE - dans COUPLES SERIAL KILLERS
commenter cet article
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 11:19
paul-bernardo.jpg
Nom Paul BERNARDO et Karla HOMOLKA
Surnom : « Ken et Barbie »
Né le : 27.08.1964 à TORONTO(lui) – 04.05.1970 à PORT CREDIT(elle)
Mort le : Toujours en vie
Tueurs en série canadiens
 
PREAMBULE
 
Ce couple de Canadiens, marié, bien sous tout rapport, habitant aux alentours de Toronto, a violé au moins 20 femmes, et assassiné 3 adolescentes, dont la propre soeur de Karla. Et, vu les lenteurs de la police, ils n’auraient peut-être jamais été arrêtés si Bernardo n’avait fini par se lasser d’Homolka et s’était mis la battre, ce qu’elle n’a pu supporter venant de son "chéri".
 
La vie familiale de PAUL BERNARDO
 
Sa mère
Marylin a été adoptée par un éminent avocat de Toronto, Gerald
Eastman, et avait été élevée par des parents doux et heureux.. Son mariage avec Kenneth ne la rendant pas heureuse, elle finit par devenir dépressive, se mit à grossir énormément et s’enferma régulièrement dans le sous sol de leur maison. Les enfants furent très vite soumis à eux mêmes.
Son père
Kenneth Bernardo, était fils d’un immigré italien, un homme brutal
avec son épouse et ses enfants. Reconnu comme voyeur ayant presque violé une fillette. A violé très régulièrement sa propre fille pendant des années. Paul finira par l’apprendre.
Mariage des parents
1960 : La situation se dégrada très vite et sa mère Marylin, prit comme amant un ex petit ami dont elle eu 1 fils => PAUL. Son père « Kenneth » reconnut malgré tout l’enfant.
Son enfance
il était poli, bien élevé, bon à l’école, un peu timide, et s’était engagé chez les scouts. Les enfants l’adoraient et il aimait passer du temps avec eux. Les adolescentes l’aimaient également. Il était beau, timide et romantique. Il était également intelligent et travaillait bien au lycée. Il voulait "devenir quelqu’un" et réussir dans la vie.
16 ans
Paul se disputa violemment avec sa mère qu’il méprisait de plus en en plus. (il était devenu très proche de son père). Lors de cette violente dispute, sa mère lui annonça qu’il était un enfant illégitime. Il ne s’en remit jamais. Il fut littéralement anéanti par le fait que sa mère lui ait menti, que sa propre existence soit basée sur un mensonge. Il se mit à insulter sa mère, la traitant de "putain". Elle lui répondait en le traitant de "bâtard", reportant sans doute sur son fils la haine qu’elle éprouvait pour son époux.
16 ans
Dès lors qu’il apprit que son père violait sa sœur régulièrement, il eut très rapidement une vision des femmes très dégradée. Il fit alors la connaissance de jeunes voyous ayant des relations sexuelles avec des filles faciles.
 Vie professionnelle 16-18 ans
bernardo-jeune.jpg
Il trouva rapidement du travail chez AMWAY (société financière), qui lui donna rapidement l’envie de gagner de l’argent à profusion. Il se fit de nouveaux amis et passa vite son temps dans les bars à embobiner des filles en leur faisant croire une vie de futur millionnaire.
Vie universitaire
Dès sa première année, son attitude sexuelle changea, et il se mit à battre ses petites amies et à les forcer à avoir des relations sexuelles.
1987
Paul obtient son diplôme et devient comptable dans une grande société.
 
La vie familiale de KARLA HOMOLKA
 
Parents
parents-karla-homolka.jpg
petits bourgeois tranquilles et aimants, Karel et Dorothy Homolka. Karel avait fui la dictature tchécoslovaque et s’était installé aux USA, où il avait épousé Dorothy et avait créé une petite société avec des amis. Son seul défaut était qu’il était un peu porté sur la boisson.
Frères et sœurs
Karla avait deux soeurs, Tammy et Lori, avec qui elle s’entendait bien.
Ecole
Appréciée de ses camarades. A fait partie d’une chorale.
Enfance
Adorait les animaux. Se mettait très rarement en colère. À la fin du lycée, toutefois, son comportement changea et elle se mit à moins travailler en classe. Elle sortait avec une bande d’amis qui séchaient parfois les cours et buvaient un peu trop. Les parents Karla pensèrent que son attitude était liée à la "crise de l’adolescence".
 
Leur rencontre
 

bernardo.JPG150px-KarlaHomolka.jpgOctobre 1987
 : Karla se rendit à une convention avec une amie. Elle rencontra Paul Bernardo, 23 ans, dans un café, lui aussi avec un ami. Les filles invitèrent les garçons dans leur chambre pour regarder la télé... À la grande surprise de son amie, Karla coucha avec Paul dès ce soir-là, alors que l’amie de Karla et celui de Bernardo étaient assis, terriblement gênés, à quelques mètres. Karla Homolka expliqua plus tard à son amie qu’elle avait su immédiatement qu’ils allaient se marier parce qu’elle était tout de suite tombée amoureuse de lui...
Paul Bernardo, qui fantasmait sur les adolescentes, manipula facilement la jeune Karla. Il commença par la taquiner, puis arriva en retard à leurs rendez-vous et finalement lui fit réaliser tous ses fantasmes sexuels.Il avait toujours voulu avoir quelqu’un complètement en son pouvoir, comme son père le faisait avec sa mère. Son rêve se réalisait. Ils devinrent sexuellement obsédés l’un par l’autre. Au contraire des autres filles qui le fuyaient, Karla encourageait le comportement sadique de Paul. Il lui annonça qu’il avait commencé à violer des femmes dans le quartier de Scarborough. Karla lui répondit que c’était "cool" !
 
KarlaHomolkaPaulBernardo.jpg29.06.1991 : Mariage de Paul et Karla (ils ont déjà deux meurtres à leur actif).
 
Le même jour, le corps démembré de Leslie Mahaffy enfermé dans des blocs de béton fut retrouvé à moitié immergé dans le lac Gibson. La fillette fut identifiée grâce à ses dents.
 
1992 : Paul se met à battre KARLA de manière très régulière. La mère de Paul est suivi à ce moment là par un psychaitre, et son père vient de purger 9 mois de prison pour « agression sexuelle sur mineur « .

-Karla-frappee.jpg6 janvier 1993
lors d’une terrible querelle, Paul Bernardo frappa violemment Karla avec une lampe-torche. Les blessures furent si graves qu’elle fut admise d’urgence à l’hôpital général de St Catherine. Ses parents lui rendirent visite et, la voyant dans cet état, la convainquirent de quitter Bernardo et de porter plainte.Elle alla s’installer chez son oncle et sa tante afin que Bernardo (qui ne les connaissait pas) ne puisse la localiser.Le lendemain, Paul Bernardo fut arrêté par la police, inculpé de coups et blessures, et relâché.Il était fou de rage et, en représailles, il fit changer toutes les serrures de leur maison.
 
 
Les victimes
 
Mai 1987
premier viol de Paul dans son quartier natal de Scarborough, sur une femme de 21 ans, qu’il sodomisa et brutalisa.
1988
il avait violé au moins 13 jeunes femmes et n’avait aucune envie de s’arrêter. La police tournait en rond, bien que les enquêteurs aient prélevé des échantillons de spermes et d’autres preuves physiques sur les victimes. Ils possédaient également un très bon portrait-robot, établi grâce aux témoignages de certaines victimes.
1990
Diffusion du portrait robot au public.
23.12.1990
Viol et meurtre de Tammy HOMOLKA, sœur de Karla (voir infra)
1991
Jane 15 ans è Violée
15.06.1991
leslie-mahaffy.JPG
Leslie Mahaffy 14 ans. La nuit où elle disparut, elle était sortie avec des amis et, lorsqu’elle rentra chez ses parents, à 2 heures du matin, elle trouva la porte fermée. Elle marchait autour de sa maison, cherchant un moyen d’entrer sans réveiller ses parents, lorsqu’elle rencontra Paul Bernardo, entièrement vêtu de noir, avançant dans son jardin. Elle lui demanda ce qu’il faisait là et il lui répondit tout simplement qu’il rôdait dans le voisinage pour cambrioler des maisons. Leslie, rebelle et naïve, n’y vit pas de problème. Elle lui demanda s’il avait une cigarette, il répondit par l’affirmative et dit qu’elles étaient dans sa voiture. Elle le suivit jusque-là, il la convainquit de monter sur le siège passager, puis il la menaça avec un couteau. Il le pointa sur sa gorge, démarra et fonça dans la nuit.Il lui banda les yeux avec un pull à col roulé et la conduisit jusqu’au "petit nid d’amour" qu’il partageait avec Karla. Celle-ci dormait, mais Paul était tellement excité par sa prise qu’il la réveilla pour s’en vanter. Il dit à Karla de rester dans sa chambre, à l’étage. C’était temporaire, évidemment, car il avait l’intention de faire participer Karla à tous les "jeux" qu’il prévoyait pour sa captive. Karla se rendormit, tout simplement. Paul déshabilla Leslie, alluma son caméscope et la viola. Ses cris réveillèrent Karla, qui se joignit à son fiancé. Il lui indiqua ce qu’elle devait faire, puis lui confia le caméscope pour qu’elle le filme alors qu’il sodomisait l’adolescente.
Cette fois-ci, le couple n’avait pas l’intention de laisser leur victime partir. Paul l’étouffa et la démembra avec une scie électrique. Il plaça les morceaux dans des boîtes remplies de ciment frais.
30.11.1991
Terri Anderson, 14 ans
16.04.1992
kristen-french.JPG
Kristen French, 15 ans, fut enlevée sur le parking d’une église, devant sept témoins. Karla Homolka avait fait semblant de s’être perdue et avait demandé son chemin à l’adolescente, l’attirant vers la voiture. Alors que Kristen regardait la carte de Karla par la fenêtre, Bernardo avait surgi avec un couteau et l’avait forcé à entrer dans le véhicule.
Ils la ramenèrent chez eux et la torturèrent durant trois longues journées. Lorsque Paul Bernardo se fut lassé de Kristen, il l’étrangla avec un câble électrique. Il viola le corps de l’adolescente, encore une fois. Tout, absolument tout fut filmé avec le caméscope. Le corps nu de Kristen fut découvert le 30 avril 1992 dans un petit dépôt d’ordures.
 
Leur complicité
 
Karla savait que Paul était le "violeur de Scarborough" et, au lieu de le dénoncer, elle l’encourageait. L’une des victimes expliqua aux policiers qu’elle avait vu une femme avec le violeur, et qu’elle avait un caméscope. Mais les enquêteurs mirent ce témoignage de côté, considérant qu’il était le résultat d’une hystérie provoquée par le viol...

1990 
: ils se fiancent. Paul étant fortement déçu de ne pas être le premier partenaire de Karla lui demande en échange de s’arranger pour qu’il puisse violer sa jeune sœur Tammy.
 
TammyHomolka.jpgAu début, Karla Homolka refusa, mais Paul insista tellement qu’elle finit par se convaincre qu’elle était responsable de son mécontentement et qu’elle devait réparer son erreur. La volonté de Bernardo de filmer le viol lui sembla tout aussi logique.
 
L’adolescente fut violée et filmée le soir du 23.12.1990 alors même que ses parents se trouvaient à l’étage du dessus.
 
Lui ayant donné une forte dose de barbituriques, ils se rendirent compte au bout d’un moment, qu’elle ne respirait plus et qu’elle avait vomi. Ils la rhabillèrent , appelèrent une ambulance, mais il était déjà trop tard.
 
Ils ne furent cependant pas inquiétés ni soupçonnés, la mort de la jeune Tammy fut attribué à un étouffement suite à vomissements inspirés dans ses poumons.
 
Peu de temps après le mort de Tammy, Paul et Karla passèrent une soirée dans la chambre de la défunte. Karla revêtit des vêtements ayant appartenus à sa soeur et ils couchèrent ensemble. Cet épisode fut filmé par leur caméscope (... et utilisé contre Bernardo durant son procès).
 
Bernado ennuyé par la mort de Tammy reprochait souvent à Karla sa disparition. Dans l’espoir de se faire pardonner, Homolka voulut trouver une autre fille qui remplacerait sa soeur. Elle connaissait une adolescente de 15 ans, Jane, qui ressemblait beaucoup à Tammy. Jane idolâtrait Karla et accepta avec plaisir son invitation chez elle, en l’absence de Paul. Elle fut droguée ( halcion dans ses verres d’alcool) et lorsqu’elle sombra dans l’inconscience, Homolka appela Paul. Elle fut violée et filmée également. Ils la laissèrent partir le lendemain sans qu’elle se doute de quelque chose.
 
L’enquête et la condamnation
 
1990 : Diffusion du portrait robot de Paul au public. Tout de suite, il y eut de très nombreux appels.
des amis et des collègues contactèrent la police, qui alla rendre visite à Bernardo. Il semblait si poli et sympathique que les enquêteurs eurent du mal à le soupçonner. Ils lui demandèrent malgré tout des échantillons de sang, de salive et de cheveux afin de procéder à des tests sanguins et ADN. Mais 230 autres hommes avaient fourni des échantillons, et il fallut beaucoup de temps pour réaliser tous les tests ADN.
 
1992 : Les enquêteurs créèrent une force spéciale, la "Green Ribbon Task Force", qui allait se consacrer uniquement au meurtre de Kristen French. Leur quartier général fut établi à St Catherine. On demanda également l’aide du FBI. A la même époque, les 230 tests sanguins dans l’enquête sur le violeur de Scarborough avaient enfin été accomplis. Seuls 5 des 230 échantillons correspondaient au groupe sanguin du violeur. Paul Bernardo était l’un des cinq.Des tests supplémentaires, analysant l’ADN, furent donc demandés sur ces 5 échantillons. Mais à cette époque, le "violeur de Scarborough" ne faisait plus parler de lui et l’affaire n’avait plus ni l’urgence ni la gravité qu’elle avait en 1990.Les échantillons furent donc placés en bas de la pile. Paul BERNARDO fut de nouveau entendu, mais sa coopération fut telle que les policiers le laissèrent tranquilles.
 
23 mai 1992 :Le corps de Terri ANDERSON fut retrouvé dans le lac Ontario à Port Dalhousie. La cause de la mort fut attribuée à de l’alcool et de la prise de LSD. Les parents furent très surpris, leur fille étant plutôt considérée comme une enfant modèle.
 
Février 1993 le laboratoire forensique de Toronto analysa enfin l’échantillon de sang de Paul Bernardo. Les tests conclurent qu’il était bien le violeur de Scarborough.
 
Les enquêteurs placèrent Bernardo sous surveillance. Ils apprirent rapidement qu’il avait été inculpé de coups et blessures sur son épouse, Karla. La police de Toronto et la force spéciale voulurent interroger Karla. Ils voulurent également prendre ses empreintes digitales et l’interroger sur une montre Mickey en sa possession, qui ressemblait étrangement à celle que Kristen French portait lorsqu’elle avait été enlevée.
 
Des policiers de Toronto interrogèrent Karla durant cinq heures. Ils lui apprirent qu’ils avaient relié les viols de Scarborough aux meurtres de French et Mahaffy. Homolka se montra charmante, charmeuse, mais n’admit rien face aux enquêteurs. Elle avoua par contre à son oncle que Paul Bernardo était bien le violeur de Scarborough et l’assassin des deux adolescentes. Son oncle lui conseilla de prendre un avocat, ce qu’elle fit.
 
17 février 1993 Paul Bernardo fut arrêté puis inculpé de 43 viols et agressions sexuelles.
 
Il venait de changer de nom, demande qu’il avait fait des mois auparavant, par convenance personnelle. Il s’appelait à présent Paul Teale.
 
mi-février 1993 l’avocat de Karla (défense) et Murray Segal,(accusation du bureau du procureur)
parvinrent à un accord (un "plea bargain", en droit anglo-saxon), qu’ils rendirent public.
 
Karla allait être condamnée à 12 ans de prison pour les deux victimes, Leslie Mahaffy et Kristen French. Elle pourrait être libérée sur parole au 1/4 de sa peine si elle se conduisait bien. En échange, Karla s’engageait à dire absolument toute la vérité sur sa participation aux crimes et tout ce qu’elle savait sur eux.
 
19 février 1993 la police fouilla la maison de Paul et Karla Bernardo. Grâce aux indications de Karla, les enquêteurs saisirent une grande quantité de preuves. Ils emmenèrent tout, des canalisations des toilettes à l’évier de la cuisine. Ils découvrirent que Bernardo avait gardé le compte, par écrit, de tous ses viols à Scarborough.Ils trouvèrent également une collection de livres et des vidéos sur les déviations sexuelles, la pornographie et les tueurs en série : certains appartenaient à Bernardo, d’autres à Karla Homolka.
 
Ils mirent également la main sur une courte vidéo montrant Karla en train de coucher avec deux prostituées, sous les encouragements de Bernardo.
 
Mars 1993, Karla fut admise dans un hôpital psychiatrique pour une évaluation. On lui donna de lourdes doses de calmants. Elle trouva la force d’écrire une lettre à ses parents et à sa soeur, Lori, où elle leur expliqua que Paul et elle étaient "responsables de la mort de Tammy". "Il m’a menacée physiquement et m’a abusée émotionnellement lorsque j’ai refusé".
 
Cette image de femme apeurée et soumise était celle qu’elle allait toujours présenter par la suite.Le psychologue de Karla, le docteur Malcolm, conclut que Karla "savait ce qui se passait, mais se sentait totalement impuissante et incapable d’agir pour se défendre elle-même ou qui que ce soit d’autre.
 
28.06.1993 : Début du procès de Karla.
 
06.07.1993 : Karla Homolka fut reconnu coupable des homicides de Leslie Mahaffy et Kristen French, pour lesquels elle avait plaidé coupable, et fut condamnée à une peine totale de 12 ans de prison.
 
08.1993 : Elle entame une procédure de divorce
 
04.1994 : Divorce entre Paul BERNARDO et Karla HOMOLOKA
 
1995 : Les policiers trouvèrent les cassettes dans le plafond de la maison de Bernardo, sur aveu de l’ancien avocat de Paul BERNARDO.
 
01.09.1995 : Paul BERNARDO est condamné à la prison à Vie.
 
3 novembre 1995, Bernardo fut déclaré coupable de plusieurs des viols de Scarborough et fut déclaré "criminel dangereux" (dangerous offender). Dans le système judiciaire canadien, cela signifie qu’il sera emprisonné indéfiniment.Il est incarcéré au pénitencier de Kingston, dans une cellule qui l’isole des autres détenus, pour sa propre sécurité, et est filmé 24h sur 24 par une caméra de surveillance.
 
Le plus
 
Les terribles cassettes vidéo furent détruites en décembre 2001, après une longue bataille juridique menée par les familles Mahaffy et French.
 
Karla Homolka fut d’abord incarcérée à la prison québécoise de Joliette, considérée comme un "club Med" mais où les détenues doivent travailler et pointer si elles veulent manger.
 
En 1997, elle déclina une possibilité de demander sa libération sur parole, déclarant qu’elle craignait pour sa vie si elle était libérée. Elle suivit des cours de psychologie. Elle continuait à se préoccuper de son apparence et faisait de l’exercice.
Puis, les autorités, poussées par l’opinion publique, commencèrent à réaliser qu’elles avaient peut-être, malgré tout, commis une erreur en ne condamnant Karla Homolka qu’à 12 ans de prison.
 
En avril 2001, Homolka fut transférée dans une prison de haute sécurité, à Sainte-Anne-des-Plaines. Là, elle n’étudiait plus, ne travaillait plus, et passait ses journées à regarder la télé ou à discuter avec ses codétenues, meurtrières comme elle.
 
Elle fut transférée dans une autre aile lorsque l’on apprit qu’elle avait une relation avec un détenu masculin, un français, assassin et pervers sexuel violent.
 
Le 17 janvier 2003, le bureau national des libérations sur paroles a ordonné que Karla Homolka reste en prison jusqu’à ce que les 12 années auxquelles elle a été condamnée soient totalement passées.
 
En juin 2003, Homolka est retourné à la prison de Joliette, dans une nouvelle aile de sécurité maximum.

juillet 2005
Karla Homolka a été libérée en, à l’âge de 35 ans, et a exprimé dans une interview télévisée son désir de s’installer à Montréal.
 
karla-libre.jpgKarla Homolka (qui a demandé à changer de nom) est donc libre comme l’air. Ou plutôt, le serait si les médias ne la suivaient pas inlassablement...
 
Karla Homolka représente toujours un danger pour la société.
Repost 0
Published by Stephanie MARION - dans COUPLES SERIAL KILLERS
commenter cet article