Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 14:08

Vieillissement de photo


Il peut arriver que l'on demande à un artiste forensique d'altérer une photographie afin de représenter le vieillissement, de montrer ce à quoi une personne pourrait ressembler avec un déguisement, une barbe ou des lunettes, ou indiquer des changements tels qu'une prise de poids ou de la chirurgie plastique.

Certains fugitifs tentent de modifier leur identité en se laissant pousser la moustache ou la barbe, en perdant ou gagnant du poids, en se teignant les cheveux.

L'artiste forensique doit créer plusieurs apparences afin de couvrir un éventail d'hypothèses le plus large possible.

On utilise souvent des logiciels spécialisés dans les cas d'enfants disparus ou de criminel en fuite depuis des années. Selon les artistes forensiques, ces logiciels sont très efficaces lorsque l'on possède une bonne photo de la personne. Lorsque la photo est mauvaise, la vieille méthode du papier-crayon reste la meilleure. Que ce soit avec un logiciel ou un crayon, le spécialiste doit comprendre les concepts de l'anatomie du visage et la psychologie humaine.

Une artiste forensique, Karen Taylor, avait été invité à travailler sur le visage de Virgilio Paz Romero, un terroriste qui avait assassiné l'ambassadeur du Chili aux Etats-Unis et son secrétaire.

On ne lui avait fourni que des mauvaises photocopies de photos anciennes. Elle procéda à des recherches pour apprendre à connaître son caractère. D'après ce qu'elle apprit, elle pensa qu'il ne devait pas avoir pris de poids et devait s'habiller avec des couleurs vives, car il faisait attention à son apparence.

Elle le dessina avec une chemise rouge. Son dessin fut diffusé sur "America's most wanted" et, trois jours plus tard, Paz Romero fut arrêté. Il portait une chemise rouge.

Afin de représenter le vieillissement d'une personne, l'artiste forensique doit savoir comment vieillit un visage, quelles parties changent le plus, à quel point les mâchoires se développent, la ligne des cheveux recule et la couleur des poils change. Alors que l'apparence générale d'une personne change peu durant sa vie (les yeux notamment), certaines modifications sont inévitables, et assez prévisibles d'une décennie à l'autre.

Il existe toutefois des facteurs individuels impliqués dans le vieillissement et il peut être utile d'avoir accès à des photos des membres de la famille qui aurait le même âge que le disparu ou le criminel. La connaissance de ses habitudes personnelles, telles que le tabac, l'alcool, la gourmandise, peut également aider. La personnalité affecte les lignes de tensions sur le visage.

Vieillir l'image d'un jeune enfant disparu depuis des années est le travail le plus difficile car la forme du visage elle-même change et l'artiste doit se reposer sur de nombreux facteurs pour ne pas commettre d'erreur. Il doit savoir comment l'être humain se développe en général mais doit aussi examiner les caractéristiques familiales, telles que le poids et la formation des rides.

Il doit posséder une photo de l'enfant ayant au moins 2 ans, avoir accès aux photos de la famille à leurs différents stades de développement, posséder des photos de face des parents et des frères et soeurs, avoir des photos des parents à l'âge que l'enfant doit avoir au moment de l'analyse, obtenir des informations sur la santé et les éventuels problèmes de santé qui pourrait affecter l'apparence de l'enfant, etc.

Il utilise un logiciel spécifique qui scanne les photos et les "travaille", utilisant les informations disponibles dans ses bases de données concernant la croissance afin de prévoir les changements structuraux du visage selon les âges. Respectant des règles et des grilles pour les proportions, l'artiste manipule les différentes parties de l'image et affine les nuances.

Un visage d'enfant s'élargit et s'étire car son crâne se développe. D'autres dents poussent, le nez s'allonge, les yeux se rapprochent et la bouche grandit. Les cheveux clairs ont tendances à foncer. Vers l'âge de 12 ans, le visage paraît relativement mature, le menton se forme et le nez s'allonge encore.

La photo modifiée de l'enfant est comparée à celles de ses parents et de ses frères et soeurs. Par petites touches, l'image est fignolée pour ressembler un peu plus à la famille, ou les photos sont fusionnées afin d'obtenir des combinaisons de caractéristiques faciales.

De plus en plus d'artistes forensiques travaillent sur les visages d'enfants enlevés ou disparus. Les techniques s'affinent et les spécialistes utilisent à la fois les logiciels et le dessin afin d'obtenir un résultat précis.


Reconstitution de visage de cadavre (sur squelette )

Le crâne est confié à la police scientifique.

Une étude du "cas" débute, entre autres, sur la base des données du médecin légiste ou du policier anthropologue. Ces derniers donnent des informations quant au sexe, au poids, à l'âge et à la taille des vêtements de la victime.

Avant de commencer le travail, il faut savoir qu'il existe trois types de visages :
- le type occidental
- Le type africain
- Le type asiatique

Pour chacun de ces types, il existe des sous-types en fonction du sexe, de l'âge, etc.
De plus, chaque visage est constitué de 21 points indiquant la profondeur des tissus à ces endroits, par exemple 3 mm dans un pli de la peau ou 15 mm pour la lèvre supérieure.

Des scientifiques ont élaboré des tableaux qui déterminent la profondeur ou l'épaisseur de la peau à chacun de ces points et ce pour tous les types différents.

Lorsque l'étude préalable est terminée, on dispose des bâtonnets sur chaque point pour évaluer la quantité d'argile à appliquer à ces endroits.

Ensuite, commence le modelage. Il faut savoir qu'aucun crâne n'est identique à un autre et qu'il détermine entièrement la forme du visage. Un crâne permet, par exemple, de voir si une personne a des joues pendantes.

La cavité nasale et la ‘région nasale', (un petit os en dessous de la cavité), déterminent la forme de notre organe olfactif".

Le visage est modelé à l'aide d'argile grise neutre.

Une reconstitution dure environ deux jours.
Lorsqu'elle est terminée, on prend des photos et on les diffuse éventuellement par la presse pour un appel à témoins.

Par la suite, on ôte l'argile et le crâne est enterré auprès du reste de la dépouille.

 

Repost 0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 17:01


Définition


L'entomologie légale permet de déterminer où, quand et comment un crime a été commis. C'est l'application médico-légale de l'étude des insectes et des autres arthropodes.

Cette spécialité peut être divisée en trois sous parties : entomologie urbaine, médico-légale et expérimentale (étude du rôle des insectes dans la décomposition des cadavres dans des centres spécialisés)

L'entomologie médico-légale est chargée d'utiliser les insectes comme preuves dans l'intérêt de la loi, souvent dans des cas d'homicides ou de morts suspectes.
Pour démasquer certains criminels, on étudie les insectes qui envahissent les cadavres. Ceux-ci agissent selon une chronologie bien définie : ils indiquent le déroulement de l'action et l'heure de la mort. L'entomologie médico-légale ou forensique, est la technique d'étude des insectes qui va permettre de dater la mort d'un sujet à un jour près, par mois d'ancienneté du cadavre. L'entomologie médico-légale, dont la première application connue en France remonte à 1850, consiste à étudier l'ordre d'arrivée et le stade de développement des espèces d'insectes retrouvées sur le cadavre.

Principes

L'organisme humain, une fois mort, constitue une énorme réserve en nutriments pour les bactéries ainsi que pour les insectes. Les cellules du corps n'étant plus protégées par le système immunitaire, sont alors la proie d'insectes nécrophages voraces. Ces derniers vont se servir du corps de l'individu décédé, afin de se nourrir, ou de nourrir leurs progénitures.

Quelques minutes après la mort de l'organisme, il se produit des réactions d'autolyse qui sont des transformations fermentatives (qui s'observent sans l'action de bactéries ou d'agents étrangers à l'organisme). Les substrats produits lors de ces réactions dégagent des odeurs spécifiques (pas forcément perceptibles par l'Homme), attirant ainsi les premiers insectes qui vont pondre leurs œufs dans les orifices naturels (sphincters, pores de la peau) et dans les blessures. La ponte se fait le plus souvent de jour et ne survient habituellement pas en dessous de 4 °C. L'apparition des larves peut se faire en moins d'un quart d'heure après la ponte.
Au cours du temps, l'altération du cadavre se traduit par le dégagement d'odeurs, spécifiques à une période donnée. En effet, à mesure que la décomposition progresse, les réactions d'autolyse changent, ainsi que les substrats produits et donc les odeurs dégagées. Ces nouvelles odeurs vont repousser les femelles attirées par les premières odeurs. D'autres femelles viennent ensuite, sélectivement, coloniser le cadavre, et constituent des escouades. L'insecte est attiré sélectivement par ce qui lui convient et il évite le reste.

Méthode

1ère escouade : Les premiers insectes sont les Calliphoridae ou mouche à viande et les Muscidae ou mouches domestiques communes. Ces insectes arrivent directement après la mort, avant qu'il y ait d'odeur de décomposition. Ils arrivent parfois même juste avant la mort, à l'agonie. D'un bleu sombre brillant, leurs larves aspirent les liquides produits par la transformation des tissus organiques.

2ème escouade : Les mouches Sarcophagidae, striées de noir et de blanc, attirées par l'odeur de la mort, arrivent dès que le corps dégage les odeurs cadavériques, aux alentours de trois mois après la mort. Elles pondent des larves qui réduisent les tissus en bouillie.


3ème escouade : Les coléoptères Dermestidae surviennent lors du rancissement des graisses car il y a libération des acides gras volatiles, qui attirent les insectes de cette catégorie.



4ème escouade : Les mouches Piophilidae ou mouches du fromage, d'un noir luisant, apparaissent lors de la fermentation de la caséine entre quatre et huit mois.



5ème escouade : Un dégagement d'ammoniac donne ensuite le signal de la cinquième vague : les coléoptères, dont Histeridae.



6ème escouade : Une fois les fermentations arrêtées, surviennent les acariens, arachnides microscopiques qui nettoient les dernières humeurs du cadavre, entre six et douze mois après le décès.



7ème escouade : Les coléoptères et les lépidoptères de la septième vague interviennent lorsque le cadavre est complètement desséché, entre un et trois ans. Les coléoptères raclent les ligaments et les tendons du cadavre.


8ème escouade : Les coléoptères Tenebrionidae, un scarabée, et Ptinidae interviennent trois ans après la mort et éliminent tous les restes des escouades précédentes (pupes, excréments, insectes morts).





Détermination des espèces par l'entomologue


Pour déterminer à quelle espèce appartiennent les insectes recueillis, l'entomologiste commence par examiner les détails des minuscules pièces buccales et des orifices respiratoires situés à l'extrémité de l'abdomen. Ces organes sont difficiles à prélever et donnent peu de résultats exploitables sur les jeunes larves. C'est pourquoi on laisse, si possible, quelques larves se développer en laboratoire, dans des conditions contrôlées, car les mouches adultes sont plus faciles à identifier.

Certaines mouches vertes peuvent appartenir à des familles différentes, que l'on distingue par la présence de sillons sur le thorax, la forme de nervures des ailes, la couleur de l'attache de celle-ci. Sur une mouche, un poil supplémentaire peut traduire une différence d'âge d'une vingtaine d'heures. Enfin, quand on dispose de suffisamment de temps, on peut identifier l'espèce en analysant son matériel génétique.
Pour qu'une espèce nécrophage puisse se développer de l'œuf à l'insecte parfait, il lui faut une somme de température spécifique à l'espèce. Cette somme est calculée en additionnant les moyennes de température par jour, moins l'indice également spécifique à l'espèce. Lorsque la somme est atteinte, elle correspond au jour de ponte de l'espèce.

Le travail de datation du décès est une tâche fastidieuse. Le problème de dater l'instant à partir duquel commence la mort ne se résout pas à l'aide d'une méthode miracle. La résolution de ce problème est l'œuvre de la concordance entre plusieurs résultats apportés par des méthodes de datation distinctes.
Ces méthodes font à la fois appel à l'examen du corps en lui-même mais aussi à la constatation de l'action de la faune sur celui-ci.

Seule la mise en commun des dates apportées par les différents types de datation permet une datation des plus précises. Cette datation et sa précision dépendent de deux facteurs qui sont le temps et le lieu de séjour du corps.

Cependant, toujours dans le cadre d'une enquête judiciaire, ce travail de datation n'est parfois pas un travail suffisant. Il est nécessaire quelquefois de réaliser au préalable une identification pour pouvoir replacer la victime dans le cadre de l'enquête, (c'est-à-dire ne pas s'appuyer sur des preuves fausses pour juger un homme), ce qui s'avère très souvent difficile.
En effet, le corps est parfois dans un état de difformité assez important (gonflé d'eau dans le cadre d'un noyé, ou dans un état de décomposition extrême) qui rend ce travail d'identification souvent difficile. La datation n'est alors d'aucune utilité si la victime n'est pas identifiée.
Ce problème de l'identification est un problème qui va de pair totalement avec la datation, et c'est un sujet qu'il faudrait traiter afin de parfaire les connaissances apportées par cet exposé.
Limites et contraintes

Cependant, la datation des cadavres par l'observation des insectes présents sur un cadavre a des limites. En effet, beaucoup de paramètres jouent sur la vitesse et le temps d'arrivée et de développement des insectes sur le corps. La région et sa zone géographique, le type de localité (ville ou campagne), le type d'emplacement (intérieur/extérieur), les données climatiques et météorologiques, les conditions de stockage du corps, l'état du corps, ainsi que le volume du corps sont autant de paramètres qui ont une influence considérable sur le développement des insectes.

Lecture pour passionnés ou curieux.

Traité d'entomologie forensique -Les insectes sur la scène de crime par Daniel Cherix - Claude Wyss

Vous trouverez au sommaire :
Premiers pas dans l'entomologie forensique . Historique : Avant le XXe siècle - Au XXe siècle en Europe, aux USA et au Canada - Références. Bases de l'entomologie : Introduction - Apparition de la vie - Classification des Hexapodes - Facteurs de réussite des insectes - Développement des insectes - Pièces buccales et régimes alimentaires - Mimétisme - Références. Les insectes nécrophages : Introduction - Les Diptères - généralités - Les myiases - Les Diptères nécrophages - Les Coléoptères - généralités - Les Coléoptères nécrophages - Références. Intervalle post-mortem : Importance de l'intervalle post-mortem (IPM) - Détermination de l'intervalle post-mortem - Séquence des événements - Déplacement du cadavre - Drogues et autres substances illicites - Calcul du cycle des premiers insectes - Jour de ponte ou intervalle post-mortem? - Références. Expériences sur le terrain : Expériences avec des cochons domestiques - Validité des escouades selon Mégnin - Distribution de phénologie des Diptères Calliphoridae - Synthèse des expériences sur le terrain - Références. Exemples d'enquêtes : Deux cadavres dans une forêt - Cadavre dans un appartement - Cadavre dans la nature - Cadavre dans un gouffre - Cadavres dans le neige - Cadavres au printemps - Cadavre démembré et disséminé - Cadavre d'un nouveau-né - Vieux cadavres - Cadavres immergés e exhumés - Synthèse des expertises de 1993 à 2005 - Références. Éléments pratiques : Récolte du matériel entomologique - Prélèvements à l'intérieur (appartement, local cave) - Prélèvements à l'extérieur - Au laboratoire - Préparation des insectes - Niveaux thermiques - Rapport d'expertise - Clés d'identification - Références. Annexes : Rapport médico-légal de Bergeret - Applications entomologiques en médecine légale par Johnston & Villeneuve, 1897 - La faune des tombeaux par P. Mégnin - Extraits des Souvenirs entomologiques : La mouche bleue de la viande - la ponte - La mouche bleue de la viande - le ver. Index.

Repost 0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 12:58
Les Sciences Forensiques
 
Entomologie Médico-Légale
 
Permet de déterminer où, quand et comment un crime a été commIS.
 
Il s'agit de l'application médico-légale de l'étude des insectes et des autres arthropodes.
 
Cette spécialité peut être divisée en trois sous parties : entomologie urbaine, médico-légale et expérimentale (étude du rôle des insectes dans la décomposition des cadavres dans des centres spécialisés)
 
L'entomologie médico-légale est chargée d'utiliser les insectes comme preuves dans l'intérêt de la loi, souvent dans des cas d'homicides ou de morts suspectes.
 
è Par exemple, l'heure du décès d'un cadavre, peut être déterminée grâce aux preuves entomologiques se trouvant à l'intérieur ou à proximité du corps, à condition que la preuve soit bien prélevée, préservée et analysée par un spécialiste en entomologie légale.
 
 
Anthropologie Médico-Légale
 
L'identification d'un squelette, d'un corps en état de décomposition avancée ou des restes humains est importante pour des raisons à la fois légales et sanitaires.
 
Les anthropologistes sont chargés d'appliquer les techniques scientifiques standards développées en Anthropologie dans le but d'identifier des restes humains et de corroborer une suspicion d'homicide.
 
Ils travaillent fréquemment en collaboration avec le personnel de la Police Scientifique, les odontologistes et les enquêteurs de la Police Criminelle dans le but d'identifier un cadavre, les circonstances de la mort et ou l'intervalle post-mortem (c'est à dire le temps écoulé entre la mort et la découverte du cadavre.)
 
En plus d'aider la police à localiser et à reconstituer les restes humains douteux découverts, le travail de ces spécialistes consiste également à découvrir l'âge, le sexe, la généalogie, la race, la stature (taille et poids estimés) et les caractéristiques uniques d'une personne décédée à partir de son squelette.
 
Le sexe : les femmes ont un bassin plus large tandis que les hommes ont une mâchoire et un front plus larges.
Âge : plus une personne est âgée, plus les articulations, les os et les dents paraissent usés.
Race : la forme du nez peut parfois aider à la déterminer.
Taille : elle est déterminée grâce aux mesures des membres(jambes et bras)
Poids : les personnes ossues ont tendance à user les articulations de leurs membres inférieurs comme les genoux ou les chevilles.
Dextrie : déterminé grâce à la densité du muscle attaché au membre supérieur.
 
Etude des restes du squelette
 
Ostéologie
 
Méthode qui permet de déterminer l'âge d'une victime grâce à ses os. Les structures osseuses appelées "osteons" sont comptées au microscope. Le nombre d'osteons présents dans une zone donnée permet de déterminer l'âge.
 
Odontologie Médico-Légale
 
Les connaissances et les techniques orthodontologiques sont mises au service de la justice afin de déterminer l'identité ou diverses informations concernant un squelette ou encore de mettre en évidence la façon dont une personne est décédée à partir d'une dent ou d'une mâchoire.
 
En cas de mort par noyade ou par combustion, on peut nous identifier grâce à nos dents et mâchoires.
 
Les dentistes peuvent aussi déterminer notre âge, les habitudes alimentaires et l'hygiène buccale, à partir d'un dentier en bon état.
 
Ils peuvent aussi identifier des empreintes de dents sur de la nourriture ou sur la peau.
 
 
PSYCHOLOGIE ET PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALES
 
Il s'agit de l'application médico-légale de la psychologie et de la psychiatrie, couvrant des domaines particuliers tels que :
 
La criminologie qui consiste à analyser les traumatismes passés et latents des criminels, ce qui a la particularité de donner un sens au comportement meurtrier de certains individus. Elle s'attache également à traquer et à étudier la personnalité des criminels et serial killers à partir des indices et traces qu'ils laissent.
 
La victimologie qui consiste à recueillir des indices et preuves auprès de personnes traumatisées, victimes de crimes divers (viol, tentative de meurtre...), incapables de se souvenir des évènements. Les spécialistes ont recours à des techniques adaptées telles que l'hypnose, l'étude de documents (écriture, dessin...), véritables sources d'information, dont le contenu symbolique correspond souvent à une réalité psychologique.
 
 
ESTIMATION DU DELAI POST-MORTEM
 
méthodes thermométriques
 
Il s'agit d'une méthode permettant d'estimer le moment d'un décès. Les scientifiques utilisent pour cela les propriétés du corps à adapter la température interne par rapport au climat extérieur.
 
Une fois la mort survenue, la température du corps chute jusqu'à s'équilibrer avec la température ambiante.
 
L'utilisation la plus fréquente est celle du nomogramme de Henssge, il s'agit d'utiliser un "tableau".
 
On prélève d'abord la température du rectum (ou du foie), on pèse ensuite le cadavre pour connaître son poids et on relie ces deux points sur le nomogramme.
 
Cette droite en coupe une autre et grâce à leur intersection cela nous permet de retrouver la date du décès. À cela, il suffit d'ajouter un correctif, un facteur déterminant l'humidité ambiante, le mouvement de l'air ou de l'eau etc. Ce facteur permet de préciser l'estimation.
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Laurence ARMESAND - dans SCIENCES FORENSIQUES
commenter cet article